Aventure du BIOMAGNETISME

Aventure du BIOMAGNETISME

Thomas Edison Alva suite page 2 et fin

Début de l'histoire...
http://aventuredubiomagnetisme.blog4ever.com/blog/lirarticle-41241-1122219.html

Maintenant, je vais essayer de me mettre modestement dans la peau de Thomas Edison.

Il  avait essayé tous les métaux possibles pour ses filaments, chaque fois, rapidement le filament cassait, pourquoi ? En dehors des défauts de fixation des dits filaments sur leurs supports, des défauts de vide dans l'ampoule qui amenaient la combustion du filament, ces deux défauts pouvant être corrigés, un autre était constant, les filaments se brisaient en raison du manque de pureté des métaux, des irrégularités dans leur structure, des traces de gaz subsistants dans le métal. Lorsqu'il eu essayé le coton carbonisé, donc une fibre végétal travaillée par l'homme, il eu peut être cette pensée : si l'homme ne peut par sa technique obtenir un matériaux pur, exempt de défaut, la nature, elle ne l'avait-elle pas trouvé à travers ces millions de végétaux qui poussaient sur la planète ?
Aussitôt Edison s'attaque à cette tache de titan, laissant à ces proches collaborateurs le soin de trouver les finances...
Thomas envoie des dizaines de botanistes dans le monde entier, des forêts Amazoniennes aux jungles Africaine, en Chine , au Japon...certains ne reviendront pas terrassés par les fièvres.
A Merlon Park on carbonise toutes sortes de végétaux et on expérimente inlassablement, quand au bout d'un certain temps la monotonie de ces essais est rompue, une fibre végétale provenant du bambou du Japon semble convenir.
Aussitôt, retour de collaborateurs pour le Japon d'où l'on ramène de nombreuses variétés de bambou et l'on isole la variété convenant le mieux pour cet usage.

Cependant les fonds, malgré les efforts du fidèle John Ott, ne rentrent pas, les industriels ne croient pas à cette merveilleuse petite lumière derrière laquelle les hommes courent sans succès depuis des dizaines d'année.
Thomas comprend que le moment est venu de sortir de son laboratoire et affronter lui même le monde de la banque et avant tout le monde des médias, en l'occurrence à cette époque les journaux. Le pari n'était pas gagné car un de ses ami journaliste au Hérald Tribune ayant écrit un article sur ces merveilleux petits soleil suspendus à un fil, ce fait traiter de « triste crétin » par son rédacteur.
Il va donc falloir frapper un grand coup pour convaincre !

                                
Devant le scepticisme des médias et des industriels, Edison décide de frapper un grand coup.
Dans la nuit du 31 décembre 1879, un nombre impressionnant de personnalité, acheminées par train spéciale, arrivent à Merlon Park et là, ils découvrent avec stupeur un extraordinaire spectacle, une guirlande de soixante lampes brille dans la nuit.
C'est l'incrédulité de la foule, c'est de ce jour que le surnom du Sorcier de Merlon Park lui fût à jamais donné.
Cependant si la grande illumination a émerveillé, elle n'a pas convaincu, et ce pour différentes raisons.
Tout d'abord, comment faire fonctionner ces lampes sans une installation complexe, qui d'ailleurs reste à inventer ! Et également, car l'éclairage au gaz était omniprésent, on y était habitué et surtout d'énormes enjeux économiques étaient en jeu, les sociétés de distributions du gaz étaient très puissantes et ne souhaitaient pas voir une nouvelle invention détrôner le gaz !
Edison a alors une idée de génie, installer l'éclairage électrique dans tout un quartier de New York. Mais combien d'obstacles à vaincre...
Le premier, trouver les financiers.
Le second, concevoir et inventer toute l'installation, de la douille de la lampe aux dynamos produisant le courant, en passant par les douilles pour les lampes, les interrupteurs, les lignes de transmission du courant... un travail de titan qu'Edison et son équipe attaque, travaillant comme à l'habitude le jour comme la nuit. Si déjà les dynamos existent ils faut les adapter à cet usage particulier concevoir les systèmes de régulation du courant, trouver les machines à vapeurs pouvant les actionner.

                           Sans arrêt un nouveau problème apparaît et l'on peut dire qu'ici le génie d'Edison se concrétisa par une capacité d'efforts et d'imagination sans cesse renouvelée de part la diversité des problèmes posés.

Cependant les problèmes financiers resurgissent et Thomas est obligé de faire ce qu'il redoute le plus, revêtir sa redingote et aller dans le monde.
Il trouve un vieux bâtiment dans une rue du vieux New York et commence à y installer ses appareils, parés des journée souvent de 20 heures, il s'endort, comme un enfant, la tête posée sur un bras sur le sol même de l'atelier.
Et le 12 septembre 1882, c'est le grand jour, Edison, superbe dans son habit fait les honneurs.

Le tout New York est là, et c'est la grande illumination, Thomas abaisse une manette et le quartier s'illumine, c'est la stupéfaction, l'incrédulité, quand, un des ses boys lui fait un signe, il y a un problème technique, Edison disparaît alors de la scène et un journaliste qui insistait pour lui parle le trouva maculé de graisse, le costume déchiré, en train de réparer une machine.
Mais qu'importe Edison avait gagné son pari, l'éclairage électrique était né !

Le succès de l'éclairage électrique fût immédiat et bientôt à New York et dans d'autres grandes villes des Etats Unis des immeubles , puis des quartiers entiers sont illuminés par « les petites lumières suspendues à des fils »
Le laboratoire de Menlo-Park est bientôt trop petit, il faut construire une nouvelle usine pour fabriquer les lampes, les dynamos, les fils, les interrupteurs etc...

En Europe, une compagnie Edison est installée à Ivry, et la première commune à être électrifiée est la commune de Bellegarde sur Valserine grâce à un industriel genevois qui possédant une usine sur la rivière, installe une dynamo et illumine la ville. Pour la petite histoire, il y a quelques années, l'auteur de ces lignes a retrouvé, à Bellegarde, un carton de ces fameuses lampes oubliées au fond d'un grenier !

En 1884, la douce Mary meurt et Edison, en pleine tourmente se retrouve seul avec deux enfants.

La lampe électrique et son industrie prennent une importance gigantesque, Thomas se trouve aux prises avec des industriels rapaces, des jalousies qui engendrent de nombreux procès quant aux droits des inventions et de financiers véreux. Edison n'est pas un homme d'affaire et bientôt son entreprise, toute importante qu'elle soit, se trouve confrontée à des difficultés insurmontables.
A la fin, après plusieurs années de lutte, brisée par la mort de Mary et dégoûté des hommes Edison se résout à vendre son entreprise, pour la somme important de 1 million de dollars. Une nouvelle compagnie voit le jour, l'Edison General Electric.

Pour Thomas, l'aventure de l'éclairage électrique est terminée. Un jour il retourne à son vieux laboratoire de Menlo-Park, le rez de chaussée est devenu une écurie et l'étage une salle de danse. Thomas se sent bien seul.


Edison et le phonographe :

Parmi les multiples inventions de Thomas, une allait comme l'ampoule, étonner le monde, le phonographe. Graver pour l'éternité la voix des hommes, quel ambitieux et merveilleux  projet !

L'idée lui vint en 1887 alors qu'il travaillait sur un écouteur de téléphone, il eu l'idée d'ajouter une pointe sur la membrane qui vibrait et de graver ces infimes vibrations sur un papier d'argent, quelle ne fût pas sa joie lorsque repassant la pointe sur le sillon gravé il entendit sa voie reproduite dans un imperceptible murmure...la mécanique lui renvoyait sa voie. Le miracle était là et le phonographe inventé.
La veille de Noël 1877, il dépose le brevet N° 200 521, celui du phonographe, invention dont, avec l'ampoule électrique, il sera le plus fier.
Edison à cette époque venait d'être père et son premier soin sera d'enregistrer les premiers bégaiements du bébé, il voulait également enregistrer ses pleurs, mais l'enfant sage de nature refusera de pleurer !

A suivre...


 



23/02/2009
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 62 autres membres