Aventure du BIOMAGNETISME

Aventure du BIOMAGNETISME

Le Dr JOYEUX cancéroloue ...il ose PARLER


S.O.S DANGERS de la pilule (Dr Joyeux et Vialard)

http://www.alternativesante.fr/contraception/pilule-on-vous-cache-la-verite-depuis-50-ans?utm_source=chainage&utm_medium=VLVS20&utm_campaign=VLVS20-PILULE

rédigé le 25 février 2014 à 18h10

Pr Henri Joyeux et Dominique Vialard

Il y a tout juste 50 ans, en 1963, la pilule Enovid – venue des Etats-Unis – entrait discrètement dans les pharmacies françaises. Une révolution ! La même année pourtant, la revue Science et Vie s’interrogeait sur les dangers potentiels de la pilule et s’étonnait que l’on n’ait pas expliqué au préalable aux femmes comment elle fonctionnait. Aussi fou et monstrueux que cela paraisse, cette question est toujours sans réponse. Alors puisque l’heure est à la « transparence » pour tous, voici la vérité.  Cette vérité, c’est qu’on vous cache la vérité sur la pilule, le THS et les hormones de synthèse depuis 50 ans !

Il y a tout juste 50 ans, en 1963, la pilule Enovid – venue des Etats-Unis – entrait discrètement dans les pharmacies françaises. Une révolution !

La même année pourtant, la revue Science et Vie s’interrogeait sur les dangers potentiels de la pilule et s’étonnait que l’on n’ait pas expliqué au préalable aux femmes comment elle fonctionnait. Aussi fou et monstrueux que cela paraisse, cette question est toujours sans réponse. Alors puisque l’heure est à la « transparence » pour tous, voici la vérité. Cette vérité, c’est qu’on vous cache la vérité sur la pilule, le THS et les hormones de synthèse depuis 50 ans !

- See more at: http://www.alternativesante.fr/la-pilule-est-cancerigene/#sthash.4g7w7sta.dpuf

Il y a tout juste 50 ans, en 1963, la pilule Enovid – venue des Etats-Unis – entrait discrètement dans les pharmacies françaises. Une révolution !

La même année pourtant, la revue Science et Vie s’interrogeait sur les dangers potentiels de la pilule et s’étonnait que l’on n’ait pas expliqué au préalable aux femmes comment elle fonctionnait. Aussi fou et monstrueux que cela paraisse, cette question est toujours sans réponse. Alors puisque l’heure est à la « transparence » pour tous, voici la vérité. Cette vérité, c’est qu’on vous cache la vérité sur la pilule, le THS et les hormones de synthèse depuis 50 ans !

- See more at: http://www.alternativesante.fr/la-pilule-est-cancerigene/#sthash.4g7w7sta.dpuf

Avant même de commencer cet article, il faut que vous compreniez bien les deux choses suivantes :

1 - La pilule estro-progestative imite le cycle naturel et donc maintient les menstruations en les régulant mieux que les hormones naturelles. Le cycle est donc régulier, mais il est totalement artificiel.

2 - Les estro-progestatifs bloquent l'ovulation, mais comme ils bloquent également les secrétions hormonales des ovaires, ils empêchent la formation de glaire au niveau du col et s'opposent aux modifications de l’intérieur de l’utérus : la grossesse devient alors impossible.

Des doses d’hormones copiant les hormones naturelles mais à quels taux ? Pour empêcher l’ovulation, les doses d’hormones ingérées sont 20 à 50 fois plus élevées que celles fabriquées par les ovaires : dans un comprimé de pilule pris chaque jour, il y a au minimum 10 microgrammes d’estradiol, quantité qui serait présente dans 100 kilos de viande… et comme l’ethynil-estradiol donné par la bouche a une activité estrogénique 100 fois supérieure à celle de l’estradiol, cela correspondrait à 10 000 kilos de viande ! N’en déplaise aux plus ardents défenseurs de la pilule, ceux qui affirment que prendre la pilule revient à ingérer l’équivalent de 1 000 poulets aux hormones par jour ne sont donc pas loin de la vérité !

La belle idée d'un auteur de science fiction

En 1951, le chimiste et auteur de science fiction Carl Djerassi (d’origine autrichienne) unit ses talents de visionnaire à ceux de Luis Ernesto Miramontes, chimiste mexicain, pour synthétiser une forme active par voie orale de la progestérone. Son rêve : mettre au point une pilule contraceptive.

En 1956, grâce à cette avancée décisive, la science-fiction devient réalité : l'Américain Gregory Pincus et ses collègues mettent au point la pilule estro-progestative.

Libération... sur ordonnance

1968 : la pilule débarque massivement en Europe. Dans le sillage de mai 68 et de ses slogans "Libération sexuelle, Nous aurons les enfants que nous voulons" et "Il est interdit d’interdire", les laboratoires pharmaceutiques envoient astucieusement des échantillons dans les centres de Planning familial pour que les jeunes filles deviennent au plus tôt consommatrices, pratiquantes définitives. Ils y parviendront avec le support de l’Etat manipulé par des experts souvent considérés et sacrés, plus par les médias que par leurs pairs.

La pilule a permis sans aucun doute une émancipation sexuelle en offrant aux femmes de meilleures conditions de vie pour assumer librement leur capacité à transmettre la vie. Mais peut-on pour autant parler de « libération » devant cet asservissement ? Devant cette dépendance chimique porteuse de risques pour la santé, d’effets secondaires en tous genres ?

Plus de 50 ans d'alertes

Depuis 1963, les lancements d’alerte se sont multipliés. En vain...

Quelques exemples :

En 1968, la revue Science et Vie publie un article intitulé « La pilule : les généticiens s’inquiètent... ». L’auteur de l’article conclut son enquête ainsi : « Répétons-le, ces expériences doivent être vérifiées, reproduites, interprétées. Il serait ridicule d’en faire prématurément une occasion d’inquiétude. Mais il serait criminel de les ignorer. »

En 1977, Barbara Seaman, une célèbre journaliste américaine, activiste féministe de surcroît, lance un pavé dans la mare avec Women and the crisis in sex hormones dans lequel elle emploie le terme « pilule du cancer ». Sa conclusion: « Toute femme qui prend ces traitements vit dans un état biochimique altéré ». Cet ouvrage, publié en France en 1984 par les Editions de L’Impatient sous le titre Dossier Hormones sera diffusé sous le manteau...

En 1980, le Dr Dominique Chatain, gynécologue, dresse un bilan alarmant. Son livre, Danger Pilule est le premier en France à souligner les inconvénients et les risques de ce contraceptif. Au terme d’une enquête fort documentée, le Dr Chatain, évoquant ce qu’il qualifie de « préhistoire de la contraception », prédit la fin de l’ère de la contraception hormonale et l’avènement de moyens plus sûrs pour la santé.

En 1988, un éditeur courageux, François Xavier de Guibert, traduit et publie en France le livre du Dr Ellen Grant, Amère pilule. Ce document ne rencontre malheureusement aucun écho. Ellen Grant, gynécologue, a pourtant travaillé à la conception de la pilule outre-Manche. Véritable apôtre de la contraception hormonale dès ses débuts en 1961, - elle avait 26 ans – elle sonne le tocsin avec The Bitter Pill publié en Angleterre dès 1985...

Dans son livre, elle signale, preuves scientifiques et références à l’appui - plus d’une centaine d’études au total - les dangers vasculaires, de phlébite, d’accidents vasculaires cérébraux, d’infarctus du coeur chez des femmes jeunes, mais aussi de nombreux cas de cancers du sein, de l’utérus, du col et du corps utérin : prenez la pilule le moins longtemps possible ! Telle est sa conclusion.

En France Amère Pilule est préfacé par le Professeur Lucien Israël, grand cancérologue, qui confirme la mise en garde. Extrait : "En fait, s'agissant d'autres domaines de la médecine, il est vraisemblable que les produits entraînant de telles conséquences n'auraient jamais reçu l'autorisation de mise sur le marché…".

En 1994, Ellen Grant récidive avec son excellent livre Sexual Chemistry : Understanding Our Hormones, The Pill and HRT comprenant
329 références scientifiques provenant des meilleures revues internationales, mais aucun éditeur n’ose prendre le risque de le faire paraître en France.

En 2001, je publie une alerte importante Femmes si vous saviez – les hormones de la puberté à la ménopause qui ne trouve aucun écho dans les médias. Un journaliste médical très médiatisé me fait savoir par personne interposée que jamais il ne parlera de ce livre. Black-out !

En 2004 sort une nouvelle édition de Femmes si vous saviez... Les femmes commencent à en parler entre elles. Elles s’inquiètent de l’augmentation du nombre de cas de cancer du sein chez leurs amies, leurs copines, elles mêmes. On leur explique que ce cancer est surtout lié au stress du monde moderne, à des chocs psychologiques récents ce qui est en partie vrai, mais en partie seulement. Quant aux cas de femmes jeunes développant des accidents vasculaires (infarctus cardiaques ou accidents vasculaires cérébraux) ou des cancers du col utérin, ils sont surtout dus au tabac... Evidemment. La pilule ne peut pas être en cause !

50 ans de censure des médecins, des autorités de santé, des médias...

Devant ces signaux d’alerte, les magazines féminins publient de temps en temps, dans quelques coins de page, de petites mises en garde, tandis que leurs pages centrales vantent les qualités des pilules de nouvelles générations.

Les labos arrosent bien le monde médical, les femmes sont rassurées, voilà l’essentiel.

Les censeurs de tous bords, les esprits bien pensants, les pompiers des laboratoires ont réussi pendant 50 ans à étouffer ces départs de feu, aidés en cela par le caractère tabou et immarcescible de la pilule. Les réactions ont été violentes, les condamnations, sans appel : Barbara Seaman a été démissionnée de toutes ses fonctions de journaliste ; le Dr Chatain, précipité dans les oubliettes de l’histoire médicale ; la chercheuse et gynécologue Ellen Grant, remerciée par le centre de planification familiale où elle consultait et boycottée, ce qui ne l’a pas empêchée de poursuivre, courageusement, ses recherches.

Quant à moi, cancérologue sans œillères, j’ai dû essuyer quelques critiques et me suis heurté, aussi, à une subtile censure. Mais des milliers de femmes ont entendu mon message, signe que les temps changent.

L'ingénieuse propagande de l'industrie pharmaceutique

Partant du principe que la pilule était non seulement sans danger, mais plus encore un élément de la santé, il était logique que les laboratoires, avec le feu vert des « grands patrons » de la médecine et de la pharmacie, parviennent à convaincre les différents responsables de la Santé et de l’Education nationale de généraliser l’information dès le plus jeune âge.

Alors on comprend que des labos n’aient pas hésité à investir des millions non seulement dans la formation des médecins, dans la publicité destinée à chouchouter les femmes mais aussi dans « l’éducation » des jeunes esprits. La plupart des acteurs du marché ont ainsi réalisé des bandes dessinées ou des films sur le sujet de la contraception pour les jeunes, en faisant tout ce qui est nécessaire pour les distribuer dans les collèges et lycées. Aujourd'hui, voici venu le temps du "pass contraception" dans les établissements scolaires !

La France : championne du monde pour la pilule

Cette propagande sanitaire fonctionne particulièrement bien en France comparé au reste de la planète où à peine 10% des femmes prennent la pilule. Si on considère l'utilisation globale des moyens contraceptifs dits modernes et réversibles que sont la pilule et le stérilet (cuivre et hormonal), celle-ci s’élève à un peu plus de 38% en Allemagne et environ 60% en France.

De fait, il existe 101 références de pilules dans les pharmacies françaises (à fin mars 2013) si l’on tient compte des 14 anti-acnéiques (dont Diane 35) prescrits comme des contraceptifs ! De quoi satisfaire les 5 millions de consommatrices du pays.

L’Hexagone détient ainsi le record mondial de l'utilisation du contraceptif oral ! Et paradoxalement le record européen aussi du nombre d'IVG...

Des effets secondaires passés sous silence

Pendant toutes ces années, une intense propagande a ainsi permis d'occulter la longue liste des effets secondaires de la pilule. Une liste que toute femme devrait avoir lue avant de choisir ce mode de contraception.

  • Perturbation de la libido naturelle par disparition des jours féconds autour de l’ovulation...
  • Une dépression immunitaire chronique avec les oestrogènes pour les longues consommations...
  • Des phénomènes allergiques de toute nature.... des plaques rouges et gonflées qui démangent sur le visage ou tout autre partie du corps.
  • La candidose, due à la prolifération du Candida albicans : cette "maladie" est d’autant plus souvent observée suite à l'utilisation trop fréquente d'antibiotiques, de cortisone, de pilule contraceptive, d'une alimentation riche contenant trop de sucres simples…
  • Accidents vasculaires cérébraux
  • Les excès d’estrogènes sont responsables d’anxiété, d’insomnies et même de réactions de panique, de difficultés de concentration.
  • Troubles cutanés (peau grasse, retour de l’acné).
  • Les risques de virilisation : acné, hirsutisme, et perte de cheveux(alopécie par plaques)...
  • Les tensions mammaires et les maux de tête ou céphalées...
  • Une hypercholestérolémie fréquente et une hypertension artérielle... Ces effets indésirables sont dus à la consommation d’hormones stéroïdes en excès qui contiennent, rappelons-le, le noyau cholestérol.
  • La rétention d’eau responsable de prise de poids due aux oestrogènes... C’est la même que celle que l’on observe avec les anabolisants chez les animaux : poulet, veau aux hormones. Elle est responsable de la prise de poids.
  • Des tumeurs bénignes du sein, du foie,
  • Du kyste des ovaires jusqu’au cancer des ovaires
  • La facilitation des Maladies ou Infections Sexuellement Transmissibles  (MST ou IST)...

Toutes les pilules sont dangereuses
Les laboratoires pharmaceutiques se sont vite rendu compte que les femmes n’étaient pas toutes prêtes à prendre la pilule par voie orale et qu’un marché risquait ainsi de leur échapper. Il fallut donc trouver d’autres moyens contraceptifs, d’autres trucs, d’autres voies d’administration, toujours en utilisant les hormones synthétiques.

  • La voie cutanée : le patch estro-progestatif, Evra
  • Le bracelet contraceptif : bientôt commercialisé...
  • Les implants sous cutanés : Implanon et Norplan
  • La voie intramusculaire
  • La voie vaginale : l’anneau oestro-progestatif  ”Nuvaring” et bien sûr le stérilet hormonal ”Miréna”
  • La voie nasale : Aérodiol

A-t-on cherché à préparer les femmes à la suppression de règles

La pilule saisonnière (Seasonale et Lybrel) – premier pas vers la suppression des règles - a été autorisée par la FDA en septembre 2003. Il s’agit d’une pilule prise sans discontinuer 84 jours non-stop, destinée à réduire les menstruations à quatre dans une année, soit une par saison. L’objectif sous jacent, peu dit et surtout pas annoncé aux mères de famille, mais qui peut mordre sur les jeunes filles, est de préparer les femmes à ne plus avoir de menstruations, donc plus de règles.

Encore des femmes cobayes : « C'est une véritable hérésie ! », clame l'homéopathe, naturopathe et herboriste Mona Hébert, qui se spécialise dans le soin des femmes. « Ne pas être menstruée, ce n'est pas normal ! (...) Dans toute cette approche, on cherche à régulariser le « féminin », à mettre le corps des femmes dans une boîte standard pour qu'il fonctionne rondement. Je crois que se priver de menstruations entraîne des répercussions négatives dans plusieurs aspects de notre vie, car le cycle menstruel a un sens et il est utile aux femmes, tant psychiquement que physiquement. »

Pilules semi-naturelles : fausses alternatives et vraies arnaques

Evidemment le qualificatif « semi-naturelles » est destiné à attirer la cliente consommatrice, à dissoudre ses peurs.

Les labos fabricants parlent astucieusement d’estrogènes ”bio-identiques”. La résonnance ”Bio” est bien présente. Le marketing a fait son tour de passe-passe.

En réalité, ces hormones, même si elles sont les copies des hormones naturelles, ne sont pas naturelles, elles n’ont rien, absolument rien de BIO ! Et pourtant, même le ministère de la Santé y croit puisque sur le tableau qu’il met à la disposition des femmes sur Internet, ces pilules apparaissent dans la catégorie Oestrogène « naturel »...

Un perturbateur endocrinien, une bombe à retardement

Le 18 janvier 2013, l’Anses a publié un rapport complet sur les perturbateurs endocriniens et leurs risques chimiques. Ces perturbateurs endocriniens sont aujourd'hui pointés du doigt car ils peuvent agir sur le système hormonal en se liant à des récepteurs hormonaux ou en modifiant l’action de certaines hormones.

Mais on oublie parfois que la pilule est le plus puissant des perturbateurs endocriniens et d'ailleurs, dans le classement de l’Anses, on trouve ainsi aux côtés des phtalates, du bisphénol A ou du DDT : « Les substances chimiques produites pour leur effet hormonal : estro-progestatifs des pilules contraceptives, de structure proche des hormones naturelles. »

Traversant les stations d'épuration des eaux usées sans être dégradés - ou parvenant directement dans la nature par déposition, ruissellement ou infiltration - les résidus de pilule se retrouvent dans les nappes d'eau souterraines, les lacs et les rivières - d'où provient notre eau potable.

Des études ont été menées sur l'impact de la pilule sur la féminisation des poissons.  Le rapport dans les bulletins électroniques Canada 191 du 15 janvier 2002 est significatif : « Les femmes sous contraceptif oral rejettent suffisamment d'hormones dans leur urine pour modifier le sexe de certains poissons ».

On trouve essentiellement deux molécules dans les pilules constituant des perturbateurs endocriniens : le 17 alpha-éthinyl-estradiol  et l’éthinyl-estradiol, ce dernier ingrédient venant vient d’être placé sur une liste de substances à contrôler dans les eaux de l’Union européenne.

L'une des études menée dans le cadre du projet ”Seine-Aval” a ainsi montré que 350 g de moules accumulaient en 13 jours l'équivalent d'une pilule contraceptive. Heureusement, ces moules ne sont pas proposées à la consommation.

Les hormones synthétiques sont au cancer du sein, ce que l'amiante est au cancer de la plèvre !

Beaucoup de médecins ignorent l’histoire des liens entre hormones synthétiques et cancers. Et pour cause : elle n’est jamais enseignée à la Faculté où la contraception ne fait l’objet que de quelques heures de cours dont les sources proviennent directement des laboratoires. Cette longue histoire des relations entre hormones exogènes et cancers démontre clairement l’hormono-dépendance de certains cancers. En voici quelques exemples :

1932 : le Pr Antoine Lacassagne à l’Institut Curie de Paris induit avec des oestrogènes le cancer de la mamelle chez les rats.

1971 : le distilbène (DES) qui joue le rôle d’une anti-progestérone de par ses effets oestrogéniques est responsable de cancer de voies génitales chez les filles des mamans l’ayant reçu pendant le début de leur grossesse. Aux USA, il est supprimé des traitements pour éviter une fausse couche. La France attend des preuves jusqu’en 1977 ! Les médias n’en diront rien, sauf quand les femmes malades intenteront des procès au laboratoire en cause, qu’elles gagneront.

1987 : la revue Cancer démontre que les contraceptifs oraux augmentent la multiplication cellulaire des cellules normales ou cancéreuses du sein in vitro.

1998 : le Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC), dépendant de l'OMS, classe les contraceptifs oraux et les hormones du THS comme « cancérigènes de classe I, ceux dont l'action est certaine ». Le CIRC l'avait dit dès 1976 mais cette décision n'a pas été rendue publique.

Août 2005 : entre le 1er et le 5 août, les grands médias télévisés annoncent aux heures de grande écoute : « la pilule est cancérigène tout comme le THS. »

Cette déclaration fait suite à une publication dans The Lancet Oncology, dans laquelle le CIRC (Centre International de Recherche sur le Cancer) classe la pilule oestro-progestative ainsi que le traitement hormonal de la ménopause, comme substances cancérigènes de type I au même titre que l'amiante dont on ne connaît maintenant que trop bien l’incidence sur le cancer de la plèvre.

Quels sont alors les risques majeurs

Au-delà des seuls risques thrombo-emboliques révélés au grand jour par le scandale de pilules de 3ème et 4ème génération, la contraception hormonale est facteur de bien d’autres risques :

Le cancer du sein : le fléau numéro 1

Pendant l’année 2011, le nombre de femmes atteintes de cancer du sein a été de 53 000 nouveaux cas contre 7 000 en 1975 ! En 2013, on peut ajouter facilement 3 000 à 5 000 cas. Ainsi on prévoit qu’1 femme sur 8 sera atteinte de cancer du sein dans sa vie.

Ces chiffres traduisent une augmentation de 138% du nombre de cas en 25 ans, de 1980 à 2005. Ainsi le cancer du sein est de loin la première cause de cancers féminins. Il est responsable en 2011 de 11 500 décès de femmes de plus en plus en jeunes, près de 30% ont moins de 50 ans.

Remarquons que les laboratoires ne se sont pas excusés auprès des femmes atteintes. Leur responsabilité est pourtant totale.

• Les cancers de l’utérus : plus de 1 000 décès par an

Les cancers de l’utérus sont aussi des cancers gynécologiques hormono-dépendants. De plus en plus de femmes jeunes sont atteintes de cancer du col ou de l’endocol. De plus en plus de femmes autour de l’âge de la ménopause sont atteintes par le cancer du corps utérin (endomètre).

• Les cancers de l’ovaire aussi...

De récentes études l’ont démontré : les oestro-progestatifs augmentent les risques de cancer de l’ovaire chez des femmes autour de la ménopause et chez des femmes de plus en plus jeunes.

Il y a d'autres effets insoupçonnés de la contraception hormonale sur la santé générale des femmes... et des enfants :

- Dépression, troubles du comportement et autisme de l’enfant...

- Aggravation du stress oxydant et accroissement corrélatif des risques de maladies dites de civilisation y compris les maladies auto-immunes (asthme, sclérose en plaques, etc.).

Les alternatives mécaniques à la pilule

Le préservatif masculin : c'est un excellent moyen de contraception mais ce que l'on ne dit pas, c'est que la vraie fiabilité des préservatifs contre le Sida ne dépasse pas 70%. Cela signifie que dans environ 30 % des cas, il existe un danger réel de contamination par le VIH, ce qui correspond au total des erreurs constatées sur les préservatifs testés mais qui n’est écrit nulle part dans les médias.

Le préservatif féminin : C’est une conception vraiment masculine et n’hésitons pas à le dire un objet macho qui a nettement tendance à prendre le corps de la femme pour un réceptacle aux plaisirs et pulsions animales de l’homme.

Le stérilet au cuivre, le diaphragme et la cape cervicale : des moyens intéressants trop souvent écartés

Les spermicides et ovules contraceptifs : insuffisants. Ils existent aussi des ovules à la mode aux huiles essentielles, dont  la fiabilité contraceptive reste incertaine. Ils ont plus un rôle anti-infectieux que contraceptif.

Crèmes et gels, tampons contraceptifs : sans risques mais pas vraiment sûrs.

De nouveaux moyens de contraception

Si la méthode Ogino-Knauss est clairement dépassée, si la méthode Billings gagne encore à être mieux connue, comme la méthode sympto-thermique ou des « indices combinés », rien ne vaut les nouveaux moyens contraceptifs que nous apportent aujourd’hui les BIO-technologies appliquées à la physiologie naturelle des femmes. Mais qui en parle ?

Il existe aussi des moyens technologiques comme la métode "Lady Comp". La fiabilité de ce mini-ordinateur de cycle très simple à utiliser est équivalente à celle de la pilule : l'indice de Pearl de Lady-Comp est même meilleur que celui de certaines pilules (1). Son indice de Pearl est égal à 0,70. Autrement dit, la sécurité équivaut à 99,3%.

La contraception du futur est en marche

Contrairement à ce que nos détracteurs ne manqueront pas de nous dire, notre propos n’est pas de nier les effets positifs de la pilule, des pilules qui se sont succédées depuis bientôt trois quarts de siècle.

Il ne s’agit pas d’abandonner brutalement la pilule, mais de ne pas s'y abandonner non plus ! Il s’agit de ne pas se tromper de prescription, de bien savoir qu’il faut la prendre le moins longtemps possible.

Le livre que nous publions aux éditions du Rocher* a été écrit dans ce but. J'espère qu'enfin, les femmes vont comprendre que la pilule n’est pas un bonbon inoffensif. Avec ce livre, tout le monde va enfin savoir pourquoi les autorités médicales, la plupart des médecins et des gynécos se taisent et continuent à prescrire des médicaments dangereux.

Enfin et surtout, j'ai voulu que ce livre soit un ouvrage pratique, qu'il présente au grand jour les alternatives de contraception aujourd’hui possibles, qu'il s'agissent de contraception ou de traitement des effets secondaires de la ménopause. Des alternatives alliant écologie de la santé féminine, nouvelles technologies et solutions naturelles.

La contraception du futur est en marche. Rien ne pourra plus arrêter la conscientisation des femmes !

1) La pilule n'est pas si fiable qu'on le croit. En effet, selon le New England Journal of Medecin, le taux d'échec de la contraception orale oscille entre 5 et 20 % (comme celui du préservatif)

Attention : Les conseils prodigués dans cet article ne vous dispensent pas de consulter un praticien des médecines alternatives. Vous pourrez en trouver un près de chez vous et prendre rendez-vous sur annuaire-therapeutes.com

 http://www.alternativesante.fr/contraception/pilule-on-vous-cache-la-verite-depuis-50-ans?utm_source=chainage&utm_medium=VLVS20&utm_campaign=VLVS20-PILULE

 


03/04/2015
0 Poster un commentaire

Le lait de VACHE... pour les petits veaux

Professeur JOYEUX explication sur le lait de vache (= poison pour l'homme)

https://www.youtube.com/watch?v=fPlqVmmd-Fg


19/12/2014
0 Poster un commentaire

Le Dr JOYEUX cancéroloue .. certaines vérités sur les produits laitiers Lait

La Lettre du Professeur Joyeux est un service d'information indépendant sur la santé, spécialisé dans la prévention des maladies auprès du grand public et des familles. Rendez-vous ici pour vous inscrire gratuitement

Produits laitiers : un bel exemple de manipulation des médias

Une interview comme une autre

Le 8 juillet 2014, un journaliste de la chaîne de télévision publique belge (RTBF), Régis De Rath, m’interrogeait un long moment à propos des produits laitiers et de leur intérêt pour la santé humaine. Il préparait une émission sur le sujet. Il devait me dire quand passerait l’émission sur sa chaîne. Comme assez souvent avec les journalistes, je ne reçus aucune nouvelle.

J’étais cependant en confiance puisque j’avais été l’année précédente interviewé par un excellent journaliste de cette chaîne : Erol Cetiner, qui m’avait interrogé à propos de mon livre sur le thème « Les Abeilles et le chirurgien » pour l’excellente émission Matière Grise Express dont il m’avait averti du jour du passage.

Le reportage intitulé « Le lait nocif ? » totalement manipulé

L’émission sur les produits laitiers fut diffusée le mercredi 8 octobre 2014 sur la RTBF dans son émission d’investigation Questions à la une.

Il peut être visionné à l’adresse internet suivante :

Questions à la une, Le lait nocif ? - Où est passé le bon pain ?

J’avais donc été interviewé dans le cadre de ce reportage et y avais notamment rappelé les méfaits d’une consommation excessive de produits laitiers. Puis plus de nouvelles.

Or j’apprends par des téléspectateurs belges outrés que le journaliste en charge du reportage s’est littéralement lancé en voix-off dans une attaque personnelle à mon encontre, sur la base de contre-vérités directement dirigées contre ma personne et totalement étrangères à la thématique de l’émission (le lait), et ce dans le but de me discréditer.

Le lendemain, un avocat belge me téléphone : étonnant, exceptionnel !

Le lendemain, j’ai été directement mis en contact avec un avocat du Barreau de Bruxelles, Maître Alexis Laes.

Après un bref échange de courriels, ce dernier m’a immédiatement téléphoné afin de réagir au plus vite aux contre-vérités proférées à mon sujet dans le reportage et, le cas échéant, entreprendre les différentes démarches juridiques nécessaires à l’encontre de la RTBF et de son journaliste.

Après analyse, Maître Laes m’a confirmé que « le reportage de la RTBF est manifestement entaché de multiples manquements aux règles déontologiques du journalisme ».

Premièrement, « le reportage méconnaît les exigences d’objectivité et d’impartialité dans le traitement de l’information » selon lui, en ce qu’il témoigne incontestablement d’un parti pris en faveur des thèses « pro-lait » mais également d’une volonté de jeter le discrédit sur les thèses remettant en cause les bienfaits du lait.

Il est en effet indéniable que les différents intervenants sceptiques par rapport au lait ont été à chaque fois présentés comme des marginaux conspirationnistes, ne cherchant qu’à faire du buzz médiatique en jouant sur le phénomène des peurs alimentaires, et dont les thèses seraient dénuées de la moindre crédibilité sur le plan scientifique.

Les propos des différents intervenants sceptiques par rapport au lait ont d’ailleurs été systématiquement décrédibilisés non pas sur la base d’arguments de fond relatifs à la thématique de l’émission (le lait), mais sur pied d’allégations ad hominem qui y sont totalement étrangères.

Un tel traitement me fut précisément réservé puisque le reportage m’a d’emblée discrédité aux yeux des téléspectateurs au motif notamment que je serais proche de « mouvements alimentaires contestables » (à comprendre : sectes alimentaires), que je serais « homophobe » et que j’aurais affirmé que l’ « IVG est un crime ». Autrement dit, sur la base de considérations qui ne touchent ni de près ni de loin à la question du lait et surtout qui sont totalement fausses (je rappelle mes vraies convictions à la fin de cette lettre), mais répétées comme des perroquets par des sites qui se copient entre eux.

Leur objectif est simple, criminaliser la personne pour rendre ses messages de santé non crédibles avec l’arrière-pensée « il n’y a pas de fumée sans feu ! ». Heureusement, la Justice belge a rétabli mon honneur comme vous le verrez.

De manière diamétralement opposée, les différents intervenants pro-lait ont été présentés comme des sources reconnues et hors de tout soupçon, qui suivraient une démarche purement scientifique et désintéressée. L’on peut véritablement parler à cet égard d’un traitement « deux poids, deux mesures ».

En témoigne notamment, le fait qu’un grand crédit scientifique ait été invariablement accordé aux propos des différents intervenants pro-lait au motif que ceux-ci s’appuieraient sur des « centaines d’études réalisées dans des dizaines d’universités de par le monde » (47’:23), et ce alors même qu’il existe un très grand nombre d’études scientifiques de qualité – totalement passées sous silence par la RTBF – qui remettent en cause les bienfaits du lait.

Egalement en ce sens, le fait que le reportage soit même allé jusqu’à banaliser voire légitimer le fait que les représentants de la santé publique (pro-lait) siègent au sein de structures mises en place par l’industrie laitière, c’est-à-dire l’existence même des conflits d’intérêts qui leur sont reprochés (51’:09). Le reportage a d’ailleurs passé sous silence certains de ces conflits d’intérêts qui étaient pourtant accablants.

Enfin, certains montages vidéo illustrent également ce traitement « deux poids, deux mesures ». Ainsi, tandis que mes propos furent directement associés à des images anxiogènes de pratiques sectaires alimentaires (16’:06), les propos du principal intervenant pro-lait furent en revanche associés à des images de scientifiques menant minutieusement des expériences en laboratoire (47’:17). Un tel procédé s’apparente quasiment à de la manipulation subliminale des téléspectateurs.

Deuxièmement, selon Maître Laes, « le reportage de la RTBF méconnaît également les exigences de rigueur, d’exactitude et de vérification des sources dans le traitement de l’information ».

D’une part, comme il vient d’être indiqué ci-avant, la RTBF a totalement passé sous silence l’existence d’un très grand nombre d’études scientifiques de qualité qui remettent en cause les bienfaits du lait, voire soulignent son effet délétère en cas de consommation excessive.

Or, même une enquête journalistique minimaliste aurait permis à la RTBF d’identifier de telles études scientifiques. Non seulement la grande majorité de ces études sont référencées dans l’excellent ouvrage de Thierry Souccar « Lait, mensonges et propagande » que j’ai préfacé et dont le reportage fait pourtant mention, mais surtout certaines de ces études ont été largement relayées par de grands médias francophones.

D’autre part, comme le souligne Maître Laes, « le journaliste qui a réalisé le reportage s’est limité à relayer aveuglément des rumeurs infondées et particulièrement infamantes » à mon encontre, et ce « sans procéder à une vérification minimale de leur véracité, alors qu’il ne disposait pourtant que de données fragiles issues en grande partie de sites internet anonymes ».

Or, l’ensemble de mes prises de position officielles et de mes écrits démontre sans la moindre ambiguïté l’absence totale de fondement de ces rumeurs. Comme nous le verrons, ceci a été expressément confirmé par le Président du tribunal de première instance de Bruxelles.

Troisièmement, d’après Maître Laes, « le reportage de la RTBF procède en outre d’une violation de l’obligation incombant au journaliste, lorsqu’il diffuse des informations susceptibles de porter atteinte à l’honneur d’une personne, de donner à cette dernière l’occasion de faire valoir son point de vue avant la diffusion de ces informations ».

Il est vrai que le journaliste ne m’a en effet jamais interrogé quant aux rumeurs qu’il a relayées à mon sujet mais s’est borné, de manière particulièrement déloyale, à se lancer en voix-off et de manière unilatérale dans une attaque personnelle à mon encontre.

Face à ces multiples manquements déontologiques, Maître Laes m’a dès lors conseillé dans un premier temps de tenter de trouver une solution à l’amiable avec la RTBF, notamment en proposant à cette dernière de réaliser un nouveau reportage dans le respect des règles déontologiques du journalisme.

A défaut de pouvoir trouver une solution à l’amiable, il m’a indiqué que plusieurs démarches juridiques étaient envisageables, comme notamment (i) requérir la diffusion d’un droit de réponse, (ii) introduire une plainte auprès du Conseil de déontologie journalistique, ou encore (iii) saisir les tribunaux de l’ordre judiciaire afin de faire constater les fautes civiles et/ou pénales commises dans le cadre du reportage.

Un procès contre la RTBF et son journaliste manipulateur

Dans l’intérêt du public et de son information, j’ai dans un premier temps proposé à la RTBF de réaliser un nouveau reportage sur le lait, dans le respect des règles déontologiques du journalisme et, le cas échéant, suivi d’un débat en direct entre les différents intervenants afin d’assurer une contradiction loyale et équilibrée.

Une telle proposition rencontrait manifestement les valeurs et engagements prônés par la RTBF, comme notamment l’excellence et la qualité des programmes, ainsi que la mission de service public d’information qu’elle poursuit.

La RTBF a toutefois décliné cette proposition.

Face à cette attitude peu conciliante de la RTBF, j’ai dès lors pris la décision de requérir la diffusion d’un droit de réponse afin de rectifier les contre-vérités proférées à mon encontre, ainsi que répondre à l’atteinte portée à mon honneur et à ma réputation.

La RTBF a toutefois catégoriquement refusé de diffuser mon droit de réponse.

J’ai dès lors été contraint de saisir les tribunaux belges afin de faire valoir mes droits et de faire sanctionner les manquements commis par la RTBF.

Il ne saurait en effet être toléré qu’un journaliste puisse utiliser comme moyens de preuve à charge des sites anonymes qui permettent à des personnes mal intentionnées ou jalouses d’écrire n’importe quoi impunément. Cet anonymat démontre de la part de ces personnes un manque de courage évident qui peut être en rapport avec le fait qu’on craint la justice, parce qu’on la connaît bien ou même qu’on en fait partie…

Le jugement est clair et net

L’audience des plaidoiries a eu lieu le 18 mars dans le dossier contre la RTBF. Selon Maître Laes, le juge a été très attentif à notre argumentation en réponse aux arguments du journaliste, dont la profession et l’éthique sont en principe d’être objectif, honnête et rigoureux dans l’information qu’il diffuse.

Par un jugement du 13 avril 2015, le Président du tribunal de première instance de Bruxelles m’a donné raison et a par conséquent condamné la RTBF à diffuser mon droit de réponse.

Il s’agit d’une importante victoire et ce d’autant plus que la RTBF est rarement condamnée à diffuser des droits de réponse.

Dans son jugement, le Président du tribunal de première instance de Bruxelles a sévèrement critiqué l’atteinte portée à mon honneur et à ma réputation ainsi que les manquements commis par le journaliste : absence d’objectivité et de vérification de ses sources, diffusion de rumeurs infondées et volonté manifeste de me discréditer en raison de l’absence de lien entre les attaques dirigées contre ma personne et la thématique de l’émission

Ainsi, dans ses considérants de principe, le juge a tout d’abord clairement laissé entendre que le travail de la RTBF a manqué d’objectivité et de professionnalisme, notamment en ce qu’elle n’a pas procédé à une vérification minutieuse de ses sources et n’a fait que relayer des rumeurs infondées.

Je cite le jugement :

« La liberté d’expression ne permet pas de porter atteinte à l’honneur ou à la considération des personnes concernées. La presse ne peut relayer des propos calomnieux ou simplement injurieux, ou attribuer à une personne des décisions, des paroles, des faits inexacts ou non établis (…).

L’opinion empruntée à autrui constitue par elle-même un fait dont la véracité doit être démontrée puisqu’on peut porter atteinte à l’honneur d’une personne en lui attribuant une opinion qu’elle n’a pas exprimée. Le journaliste doit tendre à la vérité. (…) L’objectivité suppose une obligation de prudence et de respect des droits d’autrui. Il en est ainsi du respect des droits de la personnalité. Le journaliste doit vérifier ses sources, procéder à des recoupements, s’assurer du sérieux de l’information qu’il détient. Il ne peut se faire l’écho de n’importe quelle rumeur répandue par n’importe qui ».

Le juge a ensuite sanctionné les propos inacceptables et infondés de la RTBF relatifs à la prétendue proximité que j’entretiendrais avec des mouvements alimentaires contestables (crudivorisme et instinctothérapie).

Je cite à nouveau le jugement :

« En imputant à M. Joyeux des liens avec des "mouvements alimentaires contestables" ou sectaires, comme le crudivorisme, en raison du fait que M. Joyeux a préfacé un livre d’un de ses adeptes, en superposant cette affirmation avec un extrait d’archives où apparaît le gourou de cette secte, M. Guy-Claude Burger, condamné pour des faits de pédophilie dans un contexte sectaire, puis un autre extrait d’archives montrant des enfants mangeant de la viande crue, vision qui peut être qualifiée d’anxiogène ou en tout cas de négative, le reportage porte atteinte à l’honneur et à la réputation de l’intéressé.

La précaution oratoire du journaliste d’imputer le propos dénoncé aux détracteurs de M. Joyeux s’apparente à un artifice qui n’atténue en rien l’imprudence commise puisque le journaliste poursuit la démonstration, reprenant à son compte le propos contesté.

La RTBF dit s’être notamment basée sur la presse, faisant notamment référence à un article du journal "Le Figaro". A cet égard, ledit journal n’a échappé à la condamnation pour diffamation que sur une erreur de qualification pénale mais l’atteinte a été déclarée établie en ces motifs, par le jugement du Tribunal de grande instance de Paris du 11 février 2005.

Certes, il ne peut être contesté que M. Joyeux est un proche de M. Seignalet, professeur de médecine à la faculté de Montpellier, auteur de l’ouvrage "L’alimentation ou la troisième médecine", ouvrage (…) préfacé par ce dernier. (…) Le professeur Seignalet est qualifié de proche du crudivorisme.

M. Joyeux ne conteste pas non plus avoir préfacé les livres de M. Comby, qualifié d’adepte de l’instinctothérapie.

L’extrait de son premier ouvrage publié en 1985 et l’extrait de sa préface du livre de M. Seignalet démontrent pourtant que M. Joyeux a condamné le crudivorisme et l’instinctothérapie. M. Joyeux est fidèle à ses écrits lorsqu’il explique en conclusions que sa démarche tend à cautionner le principe de "changer les habitudes alimentaires". La RTBF ne démontre pas, quant à elle, que cette position doit être démentie, dans les faits ».

Enfin, le juge a sévèrement condamné les infamantes affabulations de la RTBF relatives au fait que je serais homophobe et que j’aurais affirmé que l’IVG est un crime.

Je cite également le jugement :

« La RTBF explique ranger M. Joyeux dans la catégorie des homophobes actifs dans un combat contre les droits des homosexuels en faisant valoir, que de sources diverses et notamment ses propres publications, il prône une vision de la sexualité très marquée par la religion catholique et l’homophobie.

Sur ce point, les propos tenus par le journaliste sont attentatoires à la réputation de M. Joyeux, dès lors que de façon commune, il faut entendre par homophobie, la haine de l’homosexualité (…). Ils sont également attentatoires à l’honneur en ce qu’ils attribuent à M. Joyeux l’opinion selon laquelle "l’avortement est un crime" alors que les sources de la RTBF (…) ne permettent pas d’imputer une telle opinion à l’intéressé (…). De manière générale, il convient de constater l’écart entre la thématique traitée par l’émission "le lait est-il nocif ?", question qui relève du débat scientifique, avec les considérations émises par la RTBF pour décrire la personnalité de M. Joyeux, mettant en cause ses convictions personnelles, alors que ces considérations sont secondaires pour l’éclairage du téléspectateur sur la question traitée, de sorte que celles-ci ne visent qu’à donner de la personnalité de l’intéressé une connotation péjorative ».

Le juge a dès lors condamné la RTBF à diffuser mon droit de réponse :

« Il sera fait droit à la demande de réponse de M. Joyeux, (…) pour rectifier l’atteinte à la réputation de M. Joyeux. (…)

Par ces motifs, (…)

Nous (…) condamnons la RTBF à diffuser sans commentaire lors de la prochaine émission "Questions à la une" ou toute autre émission équivalente qui remplacerait cette dernière et à l’heure la plus proche de ladite émission, et ce, sous peine d’une astreinte de 500 € par diffusion manquée, pour autant que le présent jugement ait été signifié : le droit de réponse de M. Joyeux ».

La RTBF a par ailleurs été condamnée à me payer une indemnité de procédure de 1.320 euros.

Ce jugement du Président du tribunal de première instance de Bruxelles n’est pas susceptible d’appel et est donc définitif.

La RTBF a décidé d’acquiescer à ce jugement et a diffusé mon droit de réponse le 29 avril dernier.

Nous tirons de cet exemple lumineux quatre enseignements

- L’un concerne la puissance des médias et leur utilisation par les lobbies

L’exemple montre bien comment on manipule l’information au nom de la liberté d’expression et en utilisant des allégations santé fausses.

Cela se voit régulièrement dans les médias sur bien d’autres sujets et démontre leur vrai pouvoir associé à des lobbies qui utilisent la puissance de l’argent.

Le spectateur est de plus en plus méfiant et il a raison. Il est obligé de discerner.

- L’autre concerne les journalistes eux-mêmes et leur éthique

Ce n’est pas la première fois que des journalistes sont pris au piège de leur précipitation, annonçant des scoops qui se révèlent faux. Malheureusement, certains journalistes ne vérifient pas leur source. Dans le cas présenté, ce sont des sources sans aucune valeur, car anonymes et fausses, qui ont été utilisées à des fins sordides.

- La troisième concerne des personnes malhonnêtes, celles et ceux qui se servent d’internet pour tenter d’affaiblir, discréditer, salir la réputation d’une personne, en créant des sites anonymes hébergés s’il le faut à l’étranger. L’anonymat des sites n’est pas encore interdit par la loi. Il le faudra dans un cadre international.

Heureusement la jurisprudence est génératrice de droits en Europe.

- Le quatrième concerne les 3 points utilisés par le journaliste incompétent qui s’est servi de sites anonymes. Je les rectifie de manière définitive.

Comme je l’ai toujours affirmé :

  • l’instinctothérapie constitue une erreur alimentaire délétère pour la santé.
  • l’homophobie est intolérable car elle stigmatise, rejette des frères et soeurs en humanité et traduit la non-compréhension de cette orientation affective et sexuelle.
  • l’interruption de grossesse n’est pas un crime au sens où on l’entend généralement, elle demeure une souffrance et un échec.

Au total, il s’agit de la santé de la société tout entière à laquelle chacun d’entre nous à sa place, peut humblement contribuer.

Professeur Henri Joyeux


Publicité :

Prévention : Il y a 12 ans déjà que des lecteurs bien informés ont été sensibilisés sur les risques réels de la pilule contraceptive, 5 ans qu’ils savent le danger des médicaments anti-cholestérol (statines). Ils en connaissent aussi les alternatives naturelles, efficaces et validées scientifiquement. Découvrez vous aussi le journal de référence de la santé naturelle depuis plus de 30 ans en vous rendant ici.



Si vous n'êtes pas encore abonné à La Lettre du Professeur Joyeux et que vous souhaitez vous aussi la recevoir gratuitement, inscrivez-vous ici



Pour être sûr de bien recevoir La Lettre du Professeur Joyeux sans qu'elle se perde dans votre boîte de messagerie électronique, visitez la page suivante.



Les informations de cette lettre d'information sont publiées à titre purement informatif et ne peuvent être considérées comme des conseils médicaux personnalisés. Aucun traitement ne devrait être entrepris en se basant uniquement sur le contenu de cette lettre, et il est fortement recommandé au lecteur de consulter des professionnels de santé dûment homologués auprès des autorités sanitaires pour toute question relative à leur santé et leur bien-être. L’éditeur n’est pas un fournisseur de soins médicaux homologués. L’éditeur de cette lettre d'information ne pratique à aucun titre la médecine lui-même, ni aucune autre profession thérapeutique, et s’interdit formellement d’entrer dans une relation de praticien de santé vis-à-vis de malades avec ses lecteurs. Aucune des informations ou de produits mentionnés sur ce site ne sont destinés à diagnostiquer, traiter, atténuer ou guérir une maladie.

La Lettre du Professeur Joyeux est un service d'information gratuit de Santé Nature Innovation (SNI Editions). Pour toute question, rendez-vous ici.

Service courrier : Sercogest, 60 avenue du Général de Gaulle, 92800 Puteaux - France

 

Capture-d’écran-2013-10-10-à-15.46.20.png

CLIQUEZ SUR L'IMAGE pour agrandir

(et n'hésitez pas à voir ses vidéos sur Youtube, et lire ses livres instructifs qui peuvent vous sauvez la vie !
N'oubliez pas c'est UN CANCEROLOGUE qui parle ... le webmaster )
 -- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Par Michel Dogna (alternative Santé)

DE LA COLLE, DES HORMONES ET DU PUS...
C'EST SURTOUT ÇA LE LAIT

Je fais partie des gens qui ont dû éliminer le lait de leur vie. Si j'en bois, j'ai une tachycardie dans les 20 minutes qui suivent. Nous sommes nombreux à être intolérants au lait (10% de la population des pays développés) mais ceux qui le savent sont beaucoup moins nombreux. Plus on est encrassé et moins les alarmes réagissent, et il devient presque impossible de faire le rapport entre ce que l'on absorbe et les misères physiques que l'on endure et qui ne cessent de s'aggraver avec le temps.

Il suffit toutefois de voyager et d’observer les gens pour constater que dans les pays où les produits laitiers ne sont pas dans la coutume, on ne trouve pratiquement pas de cas de problèmes de calcium osseux, pas de cancers du sein ni de la prostate.

Parlons un peu des bébés

De nombreux bébés sont maintenant violemment allergiques aux laits en poudre pour biberons et les pédiatres font changer de marque….. et c’est pareil ; le nourrisson se prend un bel eczéma que le médecin va s’appliquer à faire rentrer avec ….un corticoïde qui va transformer l’eczéma en asthme – et tout cela à partir d’un enfant qui était en parfaite santé et qui avait simplement le tort d’essayer d’éliminer le poison avec lequel on le nourrit.
Mais alors, qu’en est-il des bébés qui réagissent aussi au lait du sein de leur mère ? Peut –être leur faudrait-il changer de mère (je veux dire de nourrice) ; car rappelez-vous que tout ce que la mère consomme passe dans le sein. Si la mère consomme des épinards son lait est aux épinards, des carottes, du lait à la carotte, et du lait de vache (pourri)..!
A noter que j’ai vu des bébés allergiques à tout produit laitier quel qu’il soit et qui ont parfaitement poussé sans problèmes avec des purées de légumes.

Les vaches à lait sont des vaches malades

La multinationale Monsanto a produit il y a plusieurs années une hormone de croissance destinée à augmenter la production de lait. Les éleveurs qui ont opté pour cette hormone de croissance se sont retrouvés avec des vaches qui produisaient 40 à 50 litres de lait par jour (auparavant, elles en donnaient au plus 14 litres). Qu'à cela ne tienne, on a traficoté génétiquement un nouveau type de vaches, les Holstein, avec les pattes plus longues afin qu’elles ne se marchent pas sur les pis.

Mais il faut savoir qu’une vache normale vit 25 à 30 ans, et que les vaches traitées avec des hormones de croissance sont usées jusqu'à la corde en… 7 à 8 ans.

Par ailleurs ces vaches sont sujettes à de nombreuses infections, si bien que l’on a dû utiliser des antibiotiques en quantité. Les taux d’antibiotiques dans le lait sont ainsi 100 fois plus élevés qu’il y a 25 ans et les autorités sanitaires se sont contentées d’élever les normes limites autorisées. Il est hallucinant de constater qu’aux USA 80% des vaches souffrent de leucémie. Alors, comment le lait de ces vaches peut-il être sans danger pour l’homme ?

Le cancer du lait

Depuis 1994, année où l’hormone de croissance obtenue par génie génétique fut autorisée pour stimuler la production des vaches laitières, une véritable épidémie de cancers lymphatiques a frappé les USA. Ce type de cancer, rare jusqu’alors, tue plus que les cancers du sein, de la prostate, du pancréas et des organes génitaux réunis. Les citoyens américains sont devenus, sans le savoir, des cobayes qui absorbent de l’hormone de croissance à travers les produits laitiers qu'ils consomment.

Hormones de croissance, on l'a échappé belle

Pourtant l’Europe a résisté et, malgré la pression des multinationales américaines (notamment le dossier fourni par Monsanto qui ne comptait pas moins de 23 000 pages) la commission du Marché Commun qui a étudié la question a refusé l’utilisation de l’hormone de croissance car elle estimait que les preuves de son innocuité n’étaient pas suffisantes. Mais une partie de ce lait aux hormones américain serait-elle arrivée chez nous par l'intermédiaire de produits transformés ? Ce ne serait pas étonnant.

Nota : En cas de cancer, la première chose à supprimer TOTALEMENT, ce sont les produits laitiers. Espérer une guérison sans cette suppression draconienne est une utopie qui semble ignorée de la plupart des médecins.

Anémiques ou diabétiques à cause du lait

La cause la plus fréquente de l'anémie est un manque de fer. Or la consommation de lait entraîne souvent des saignements de la muqueuse intestinale, par un phénomène de réaction allergique aux protéines du lait, ce qui fait perdre beaucoup d’hémoglobine.
Et par conséquent, on remarque cette anémie par perte de fer chez un tiers des enfants nourris au lait de vache, alors que ceux nourris au lait maternel n’en souffrent pas.

On a pu aussi lire dans le New England Journal of Medicine,dès juillet 1992 : « Des études ont suggéré que les protéines du lait pourraient jouer un rôle dans l’apparition du diabète chez l’homme. Les patients diabétiques insulino-dépendants produisent des anticorps contre les protéines du lait qui participent au dysfonctionnement des îlots de Langerhans, dans le pancréas, centre de fabrication de l’insuline. Il s’agit d’une réaction auto-immune ».
Le véritable problème à la base du développement du diabète étant l’énorme quantité de graisses contenue dans l’alimentation occidentale, à cause de la viande, et des produits laitiers.
D'ailleurs, des expériences faites avec des étudiants en médecine ont montré qu’en une semaine à peine d’alimentation très riche en graisse, 50% des étudiants étaient devenus diabétiques.

Tous collés à la caséine

Près de 80 % des protéines du lait et du fromage sont constituées de caséine, qui est une puissante colle, celle qui fait notamment tenir les étiquettes sur les bouteilles de bière.
Nos grands parents s’en servaient pour coller les papiers peints ! Pensez alors à ce que cette colle peut provoquer dans votre organisme. Comme la caséine est une protéine étrangère, le corps crée des anticorps pour la neutraliser. Cette réaction antigène/anticorps fait sécréter de l’histamine et engendre une intense production de mucus, voire de pus, et surtout d’inflammations. De nombreux chercheurs pensent que la caséine est la principale substance responsable des inflammations articulaires que l’on voit dans les arthrites rhumatoïdes. Cela expliquerait pourquoi la suppression de tout produit laitier permet la plupart du temps le soulagement rapide de ces affections.
Depuis des années, je préconise, pour nettoyer les colloïdes laitiers du système lymphatique, du CALCAIRE DE VERSAILLES 8 DH (en pharmacie) - 1 ampoule au lever.

Et le calcium ? Une croyance bien enracinée

Le calcium du lait se métabolise mal chez les adultes, aussi a-t-il tendance à se déposer un peu n’importe où dans les coins tranquilles, plutôt que là où il faut – c’est ainsi que se développent des exostoses, des becs de perroquet, et même la maladie de Paget où le calcium de la colonne vertébrale migre vers l’aorte par un phénomène électrolytique.
Alors où donc trouver le précieux calcium ? Mais dans tous les légumes ! Il y a près de 25 ans que je suis devenu intolérant aux produits laitiers et je n’ai aucun problème de calcification et aucun problème arthrosique. Je ne connais d’ailleurs pas de végétariens qui aient un problème de calcium.

En résumé : arrêtez de croire aveuglément ce que vous dit la télé et ce que votre médecin vous répète comme un perroquet.

enrayer sein_.jpg

Commentaires de clients sur AMAZONE....

5.0 étoiles sur 5 A lire d'urgence par toutes les femmes !, 7 mars 2010

Par  Christine Soret "christine soret" (france) - (VRAI NOM)   

Ce commentaire fait référence à cette édition : Comment enrayer (Broché)

Ce livre nous apporte des informations précises permettant de réagir par rapport à des traitements hormonaux que certains médecins pourraient nous proposer. Les femmes doivent connaitre les conséquences de ce qu'elles prennent et devenir responsables de leur propre santé, de la leur mais aussi de leurs filles. Merci aux auteurs d'avoir osé écrire ces vérités et donné autant de résultats d'études permettant de justifier leurs positions. Il faut que les femmes soient solidaires entre elles pour diffuser ces informations le plus largement possible autour d'elles et être actives pour enrayer cette épidémie de cancers du sein .

 ----------------------------------------------------------------

5.0 étoiles sur 5 un livre à lire par toutes les femmes, 19 novembre 2010

Par 

une cliente -

Ce commentaire fait référence à cette édition : Comment enrayer (Broché)

Excellent ouvrage qui donne des conseils judicieux et très "naturels" pour prévenir le cancer du sein. Rien de "magique", mais du bon sens, des explications claires, des informations chiffrées. On y parle aussi bien d'allaitement que de contraception ou de régime alimentaire. Certaines pratiques médicales et politiques commerciales y sont clairement dénoncées. Bref un ouvrage vraiment complet et essentiel pour toutes les femmes et de tous âges.

---------------------------------------------------------------------

 5.0 étoiles sur 5 merci, 20 juillet 2011

Par 

louloute - Voir tous mes commentaires

Ce commentaire fait référence à cette édition : Comment enrayer (Broché)

merci pour ces explications à la fois fondées sur des preuves scientifiques et totalement accessibles à notre compréhension. Enfin un livre qui ose dire clairement la vérité. Une fois l'avoir lu, on se sent libre de faire ses propres choix en connaissance de cause. on ne pourra plus dire...on ne savait pas !!!
un grand merci.

-----------------------------------------------------------------------------------------------

 cancer du sein_.jpg

5.0 étoiles sur 5 à lire, 6 juillet 2013

Par 

B. Karen - (VRAI NOM)   

Achat authentifié par Amazon(De quoi s'agit-il ?)

Ce commentaire fait référence à cette édition : STRESS et CANCER du SEIN (Broché)

indispensable, comme tous les livres du professeur Joyeux pour ceux qui sont touchés de près ou de loin par le cancer; ainsi que pour ceux qui veulent prévenir la maladie

--------------------------------------------------------------------------

5.0 étoiles sur 5 Excellent !, 14 mars 2013

Par 

françoise BERBIN -
Achat authentifié par Amazon(De quoi s'agit-il ?)

Ce commentaire fait référence à cette édition : STRESS et CANCER du SEIN (Broché)

Les infos contenues sont très utiles pour toutes les femmes et très faciles à lire
A conseiller à toutes les femmes

 ----------------------------------------------------------------------------
pillule_.jpg

5.0 étoiles sur 5 Hyper interressant !, 16 septembre 2013

Par  Anne-Laure RuyantRuyant Aymeric -

Achat authentifié par Amazon(De quoi s'agit-il ?)

Ce commentaire fait référence à cette édition : La pilule contraceptive (Broché)

vraiment très interressant, un livre que toutes les femmes devraient lire. A faire connaître de toute urgence au grand public.

 -----------------------------------------------------

5.0 étoiles sur 5 Un concentré d'ignobles vérités, 14 septembre 2013

Par  Carla -
Ce commentaire fait référence à cette édition : La pilule contraceptive (Broché)

Pour toutes celles qui ignorent encore quel type de substance elles consomment au quotidien, enfin un livre qui permet d'ouvrir les yeux!

---------------------------------------------------------

 5.0 étoiles sur 5 très instructif, 23 septembre 2013

Par  valgabb -

Achat authentifié par Amazon(De quoi s'agit-il ?)

Ce commentaire fait référence à cette édition : La pilule contraceptive (Broché)

quand on dit que la médecine moderne nous empoisonne!! encore une preuve flagrante du lobby des labos qui font prendre des médicaments mortels a des personnes qui ne sont pas malades et qui leur font croire que c'est indispensable pour éviter le cancer alors que ça le provoque dans beaucoup plus de cas que si l'on avait rien pris. voir le nombre croissant de cas de cancers du sein... a méditer

  @@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@

Site du Professeur JOYEUX....

http://www.professeur-joyeux.com/me-decouvrir/

 

VIE PERSONNELLE ET FAMILIALE
Le Professeur Henri Joyeux est marié à Christine Bouguet Joyeux, diplômée de Droit européen, nutritionniste et écrivain. Mariés en 1974, ils se sont occupés dès leur vie commune de deux enfants de 11 ans et 13 ans jusqu’à l’âge adulte (mariés, ils ont respectivement 2 et 4 enfants). Ils ont eu successivement 6 enfants, 3 filles et 3 garçons, les 5 aînés sont mariés. Henri et Christine Joyeux attendent leur 10ème petit enfant en mai 2013.

 FORMATION PROFESSIONNELLE
Né le 28 juin 1945, Henri Joyeux fait toutes ses études du primaire au lycée, au Lycée Joffre à Montpellier. Il commence en 1962 des études médicales à la Faculté de Médecine de Montpellier. Il est très vite externe puis Interne des Hôpitaux de Montpellier dès janvier 1967. L’internat durera 4 ans dans les grands services de chirurgie générale, thoracique, neurochirurgie, urologie. Il participe à la 2ème greffe de coeur française réalisée par le Pr Eric Nègre début mai 1968.
Après un premier remplacement de chirurgien à Toulon à la demande de son patron de chirurgie thoracique en 1968, il part en coopération au Maroc de fin 1968 à avril 1970 où il exerce comme chirurgien coopérant à l’Hôpital Al Kortobi de Tanger.

Il devient chirurgien chef de clinique-assistant des hôpitaux en 1972 au Centre Régional de lutte contre le cancer dirigé par le Pr Claude Romieu.

 EN COOPERATION AU MAROC, Henri Joyeux lit intégralement à la fois les Actes du Concile Vatican II, le Coran et de nombreux philosophes, Saint Exupéry, Pascal, Nietzsche et Hannah Arendt en particulier.
Il participe avec un de ses collègues le Docteur Salahédine Lahlou au Ramadan de 1969. Il se fait de nombreux amis marocains dans tout le Maroc et organise alors la venue de plusieurs internes des Hôpitaux de Montpellier vers différentes villes du Maroc en carence de médecins et chirurgiens.
Il recevra ensuite de nombreux élèves en formation à Montpellier dont plusieurs deviendront chirurgiens universitaires renommés à Rabat et Casablanca : les Professeurs Alaoui et M’Jahed.

 SES TRAVAUX DE RECHERCHE EN NUTRITION ET CHIRURGIE DIGESTIVE – SES VOYAGES AUX USA ET EN SUEDE

Sous la direction du Pr Claude Solassol et les conseils du Pr Charles Mion, il s’oriente vers la nutrition des malades atteints de cancer souvent très dénutris, et ainsi difficiles à traiter pour supporter des traitements cancérologiques lourds.

C’est pourquoi il commence ses recherches visant à mettre au point des techniques de nutrition parentérale à long terme. Pendant ses temps de vacances il fait chaque année de nombreux tours aux Etats Unis où il rencontre les meilleures équipes à Philadelphie puis Houston du Pr Stanley Dudrick, à Seattle du Pr BH Scribner, à New York du Pr J Fortner, à Chicago du Pr Alexander Doolas…

Observant de très près ces équipes, il se rend compte des failles du système de santé américain dans son domaine de recherche : les équipes américaines n’ont pas le droit d’utiliser les émulsions lipidiques par voie veineuse du fait de complications mortelles avec des huiles de coton. Il décide d’entrer en contact grâce à Mr N. Menotti représentant des laboratoires Kabi-Vitrum en France, avec les Pr Arvid Wretlind et Oscar Schuberth à Stockholm qui ont mis au point les seules émulsions lipidiques, à base d’huile de soja, autorisées en Europe. Il ira les visiter plusieurs fois dont près de 3 semaines en 1979.

 Il soutient sa thèse de doctorat sur le thème de l’Intestin Artificiel en juillet 1972 devant la Faculté de Médecine de Montpellier. Henri Joyeux est appelé comme premier chirurgien-assistant au Centre Régional de Lutte contre le Cancer de Montpellier par le Professeur Henri Pujol, – qui présidera la Fédération des Centres Anticancéreux français et deviendra président de le Ligue nationale contre le cancer – et le Professeur Claude Solassol futur Doyen, pendant 20 ans de la Faculté de Médecine de Montpellier.

 EN1980, il est nommé PROFESSEUR DE CANCEROLOGIE et CHIRURGIEN DES HOPITAUX, détaché au Centre Régional de lutte contre le Cancer du Languedoc Roussillon à Montpellier.

 A l’Institut du Cancer de Montpellier, chercheur dès 1970 puis directeur du laboratoire de Chirurgie et Nutrition expérimentale de 1980 à 1992, il met au point dès 1972 une technique originale d’Intestin Artificiel adoptée dans le monde entier pour la nutrition prolongée par voie veineuse des malades atteints d’insuffisance digestive grave. Ses travaux de recherche au laboratoire de chirurgie expérimentale lui ont permis de mettre au point les Mélanges Nutritifs que les américains dénommeront le “All in One” (“Tout en Un”) qui rassemble en un seul contenant les 28 nutriments nécessaires à la vie apportés à l’organisme par voie veineuse, dite « parentérale ».

Le All in One mis au point au laboratoire du Centre anti-cancéreux par Henri Joyeux sera testé avec succès pour la première fois en 1972 chez un patient en nutrition parentérale à domicile. Il se généralisera progressivement en France puis en Europe, aux USA dès 1980 et en Asie.

 Henri Joyeux est alors invité à donner de nombreuses conférences en Europe, en Amérique du Sud et aux USA.
Il sera invité dès 1974 par l’American College of Surgeons, dont il deviendra le plus jeune membre étranger en 1978.

Tous ces travaux feront l’objet de films scientifiques primés tant en France qu’aux Etats-Unis et en Chine qu’il réalisera avec Eric Duvivier en particulier : Intestin Artificiel, Mélanges Nutritifs, Chirurgie exsangue du Foie, Association radio-chirurgicale pour le traitement des cancers du Rectum, du Pancréas, des Ovaires.

 Professeur à la Faculté de Médecine de Montpellier en cancérologie en 1980 puis en chirurgie digestive en 1986, enseignant la chirurgie cancérologique, la nutrition-réanimation, les bases de l’anatomie et de la physiologie aux étudiants entrant en médecine.

 INVITATIONS EN CHINE EN 1980 et 1984

Repéré par ses collègues chinois grâce à ses films présents dans les Ambassades françaises, Henri Joyeux est invité en juin 1980 au premier congrès chinois de Nutrition, organisé par le patron des plus grands musées d’Art chinois aux USA, Arthur Sackler et le Prix Nobel Linus Pauling à Tientsin. Il sera re-invité en 1984 pour présenter ses travaux à Tientsin et Pékin.

 Ce support nutritionnel artificiel fut à la base des techniques chirurgicales pour traiter les cancers du foie et faciliter la régénération hépatique après résection de 80 à 90 % du foie et aussi éviter le plus souvent les dérivations digestives (anus artificiel) dans les cas de cancers du rectum proches du sphincter anal. Henri Joyeux a mis aussi au point une technique originale de « péritonectomies » pour traiter les atteintes avancées dues aux cancers des ovaires.

 EN JUIN 1985 IL OBTIENT POUR TOUS SES TRAVAUX EN NUTRITION ET CANCEROLOGIE DIGESTIVE LE PRIX INTERNATIONAL ANTOINE LACASSAGNE

 DES TRAVAUX A L’ORIGINE DE CREATION D’EMPLOIS DANS DEUX ENTREPRISES

Tous ces travaux de recherche d’abord chez l’animal puis chez l’humain permirent la création d’emplois dans des structures privées, sans qu’il s’implique financièrement.

- Fasonut (www.fasonut.fr) fondée 1986 à Montpellier par Maurice Florent, qui remplit les poches nutritives selon les besoins des patients adultes et enfants en nutrition artificielle par voie veineuse : 3 unités de production à Montpellier (21 personnes), Strasbourg (15 personnes) et Lille (12 personnes).

 - Stedim-Sartorius, (voir Sartorius Stedim France – Sartorius AG fr.sartorius.com/fr/page-daccueil/) fondée par Bernard Lemaitre à Aubagne en 1978 et développée en 1983, qui fabrique des poches nutritives et des enceintes de recherche en milieu stérile pour les bio-technologies : Aubagne ( 254 personnes en 2002), aux USA (en Californie 49 personnes), en Tunisie à M’Hamdia (75 personnes).

Actuellement Sartorius-Stedim est coté en Bourse.

 MUTATION A PARIS EN 1992 POUR CREER A L’INSTITUT CURIE UN SERVICE DE CHIRURGIE DIGESTIVE 

Le Pr Henri Joyeux est appelé par le Pr Constant Burg, ancien président de l’Inserm et président de l’Institut Curie à Paris, pour créer le service de chirurgie digestive dans cet Institut. Le premier patient sera le Professeur André Lwoff, prix Nobel de médecine de 1965.

En 1992 Henri Joyeux quitte Montpellier pour Paris avec toute sa famille. Il déchantera vite face à un parisianisme jaloux et mesquin. Là lui étaient promis des moyens pour poursuivre ses recherches en nutrition et cancérologie. Il avait parmi ses projets de  développer en plus un logiciel dédié au diagnostic des tumeurs du foie et au suivi tridimensionnel du volume des tumeurs et du foie restant après chirurgie cancérologique. Incompris d’une direction médicale craintive face aux innovations, peu courageuse pour préparer l’avenir, il décide de revenir définitivement en 1997 dans son Université d’origine à Montpellier.

 A L’INSTITUT DU CANCER DE MONTPELLIER, DES 1997, DES RECHERCHES DANS 2 DIRECTIONS 

- En collaboration avec le Dr Mariette Gerber de l’Inserm, le projet ABARAC visant à déterminer la qualité nutritionnelles des aliments provenant des trois procédures culturales, Agriculture Biologique (AB), raisonnée (AR) et conventionnelle (AC). Il ouvre une voie de recherche en démontrant dans un petit nombre d’échantillons que les 20 aliments issus de l’Agriculture Biologique contiennent 20 à 25% de plus de nutriments utiles à la Santé et pas ou très peu d’éléments négatifs comparés à ceux issus surtout de l’Agriculture conventionnelle.

- En collaboration avec Philippe de Reffye du Cirad, la mise au point d’un logiciel dédié à l’évaluation volumétrique des cancers qui va bouleverser les bases diagnostiques et thérapeutiques de la cancérologie clinique et expérimentale pour les tumeurs solides. Ce travail sera à l’origine de la création d’une très belle entreprise après la thèse de doctorat de Sciences du Dr Stephan Chemouny : Intrasense (voir www.intrasense.fr/)

 Le 18 mars 2013 – L’éditeur de logiciels médicaux basé à Montpellier accélère son développement international tant en Amérique du nord qu’en Asie. Créée en 2004 à partir d’une technologie innovante de détection des tissus en imagerie scanner, Intrasense conçoit, développe et commercialise un dispositif médical unique, Myrian®, plateforme logicielle de visualisation et de traitement avancé d’images médicales multimodalités (IRM, scanner, TEP, rayons X…). Opérationnelle sur 400 sites clients à travers le monde, Myrian® est certifiée «dispositif médical» dans plus de 40 pays, aux Etats-Unis (FDA), en Europe (CE) et en Asie. Intrasense compte 50 salariés, dont 22 dédiés à la Recherche et Développement. Labellisée «entreprise innovante» par Oséo, Intrasense a investi plus de 8 millions d’euros en Recherche et Développement depuis sa création.

 Henri Joyeux a au total 452 publications nationales ou internationales.

 DEPUIS 1997 le Pr Henri Joyeux assure à l’INSTITUT DU CANCER DE MONTPELLIER une importante consultation de patients et patientes envoyés d’abord par des médecins, puis venant souvent directement de tout le pays et de l’étranger.

Il développe de nombreuses correspondances électroniques pour des conseils santé de toute nature, en cancérologie, nutrition, bioéthique, affectivité et sexualité toujours donnés gratuitement. Tant de rencontres de patients lui donnent une vision très large de l’humain malade et bien portant. D’où son intérêt très fort porté vers les causes des maladies et leur prévention primaire ou secondaire en particulier pour les cancers afin d’éviter les récidives.

 Chirurgien au Centre Régional de lutte contre le Cancer de Montpellier, professeur de chirurgie digestive et cancérologie, il enseigne à la Faculté de Médecine de Montpellier, la chirurgie cancérologique et la nutrition.

Il appartient à une importante équipe chirurgicale composée de 3 professeurs de chirurgie qu’il a formés et de nombreux assistants français et étrangers.

Il n’a pas de relation financière avec les patients, étant fonctionnaire hospitalo-universitaire de l’Etat dans un Institut du Cancer, ICM de Montpellier.

 HOMME PUBLIC, en 1983 il est élu conseiller municipal jusqu’en 1989, dans son village d’origine Ornaisons dans l’Aude.

Cette même année il est sollicité pour se présenter comme tête de liste aux élections Européennes, où la liste l’Alliance (liste non politique, ni droite ni gauche mais défendant toutes les familles de France et d’Europe) récoltera 0,75 % des voix.

 Il n’appartient à aucun parti politique, malgré des demandes tant de gauche que de droite, privilégiant un engagement social. Appelé en 2000 par Jacques Bichot au Conseil d’Administration du grand mouvement familial d’utilité publique       Familles de France qui regroupe plus de 100 000 familles, il est élu vice-président du Mouvement.

 EN 2001, IL EST ELU PRESIDENT D’HONNEUR DU MOUVEMENT ”FAMILLES DE FRANCE” et est réélu tous les deux ans. Son mandat actuel prendra fin en juin 2014.

 En 2004, Henri Joyeux est nommé par le ministre de la Famille Christian Jacob, rapporteur du groupe de travail « Adolescence-Santé-Famille » présidé par son collègue Marcel Rufo, puis rapporteur de la commission « Prévention-Information du Tourisme sexuel » du groupe de travail présidé par Carole Bouquet.

 Il est également, comme représentant de l’UNAF, membre du Groupe de travail de l’Assurance Maladie « Abus, gaspillages et fraudes » au Ministère de la Santé et en 2005 Membre du groupe « Familles, vulnérabilité, pauvreté ».

 EN JUILLET 2011 IL DEVIENT MEMBRE DU CONSEIL ECONOMIQUE SOCIAL ET ENVIRONNEMENTAL comme représentant des Familles en particulier du Mouvement qu’il préside ”Familles de France”.

- membre de la section  »Education, Communication, Culture, Citoyenneté
- membre de la délégation aux Droits des Femmes et à l’Egalité
et prendra en charge avec Eveline Duhamel le dossier « Femmes et précarité » publié par le CESE sous forme d’avis en février 2013.

 ENGAGEMENT AUPRES DES JEUNES

En plus de ses activités professionnelles, Henri Joyeux développe une réflexion de terrain auprès des jeunes et des adultes sur les thèmes Santé-Amour-Sexualité. Cette réflexion fait suite à la demande du Ministre de la Santé de 1981, Jack Ralite, demandant aux professeurs de Cancérologie de s’engager dans l’explication au grand public : la grande concertation sur le Cancer » avec pour objectif principal : la Prévention. C’est à cette date qu’apparait le SIDA comme un nouveau fléau.

 D’où de nombreuses rencontres avec le grand public, dans tous les départements où il rencontre des adultes et de plus en plus de jeunes dans les écoles depuis la maternelle jusqu’aux universités, en prenant avec eux une journée par semaine dans les temps scolaires depuis 1982. Il rencontre systématiquement les parents des jeunes en fin de journée pour les aider à un “Dialogue Parents-Enfants en confiance” sur des sujets délicats « Santé Amour Sexualité » (SAS).

Dans ces journées il rencontre souvent plus de 1000 jeunes et plusieurs centaines de parents.

ECRIVAIN SCIENTIFIQUE, Henri Joyeux publie dès 1980, en plus d’un livre sur le traitement des cancers du Colon et du Rectum dont il est le principal auteur, de nombreux articles scientifiques (plus de 300), le tome I d’un traité original de NutritionArtificielle. Le tome II sortira en 1986 en même temps que son premier livre pour le grand public sur le thème ”Cancer et Alimentation – Prévention des cancers” qui aura un grand succès lors de 7 ses éditions successives (la dernière en 2013) sans cesse mises à jour,avec pour titre « Changez d’Alimentation – l’Atout BIO ».

Affolé par le fléau social du cancer du sein qui touche de plus en plus de femmes de toutes les tranches d’âge, très jeunes y compris, il publie en 1998 « Prévention des cancers du Sein- Ensemble relever le défi » puis un livre d’information pour les femmes : ”Femmes si vous saviez Hormones, Ménopause, Ostéoporose Comment rester jeune naturellement ?”.

 En 2013 le Pr Henri Joyeux publie suite au scandale des pilules de 3ème et 4 ème génération, un livre puissant scientifiquement avec Dominique Vialard, journaliste pour le monde de la Santé. 

Leur livre « LA PILULE CONTRACEPTIVE – Les dangers pour les femmes et les nouvelles alternatives » aux éditions du ROCHER

Ce livre est préfacé par le Prix Nobel Luc Montagnier et la très renommée Gynécologue de Londres Ellen Grant.  

 Simultanément Henri Joyeux fait part de sa large expérience auprès des jeunes et des parents.

Il publie d’abord dans le cadre de l’Ecole de la Vie et de l’Amour dont il est membre fondateur et Conseiller Scientifique, puis pour le Mouvement Familial « Familles de France  » qu’il préside, une série de livres destinés aux parents et aux enfants, dès l’âge de 4 ans, pour les aider à faire passer les messages essentiels sur la sexualité.

CD, CD Rom, cassette vidéo et DVD seront diffusées largement en Métropole et Outre-Mer et dans les pays francophones.

 Henri Joyeux est un passionné de l’Humain, individuel et collectif, qu’il cherche à comprendre, soucieux de faire connaître grâce à une très large expérience, ce qu’il croit important à l’équilibre et au bonheur de chacun.

 Ses auteurs préférés : Blaise Pascal, Saint Exupéry, Nietszche, Hannah Arendt, Freud et Jung, Julien Green, Hans-Urs Von Balthazar, Karol Wojtyla, René Girard, André Malraux, Guy Corneau, Faouzi Skali …

 LIVRES SCIENTIFIQUES PUBLIES POUR LE GRAND PUBLIC 

 Ils concernent 2 domaines, l’un exclusivement scientifique, l’autre destiné aux familles, jeunes et parents sur le thème « Santé-Amour-Sexualité » :

 - Le domaine scientifique correspond à la spécialité professionnelle ; les traitements des cancers et les relations entre Nutrition-Cancers et plus largement « maladies de civilisation des rhumatismes à l’Alzheimer. 

1980 et 1986 Traité de Nutrition artificielle de l’Adulte avec Bernard Astruc – Ed SCTNA 2 volumes

1981 Cancers du colon, du rectum et de l’anus – Ed Masson

1985 Cancers de l’ovaire – Ed Vigo

1987 Cancers du Colon-Rectum, de l’ovaire et du Foie – Ed INSERM

1998 Prévenir les cancers du Sein – Ensemble relever le défi – Ed FX de Guibert

2000 Cancers du Tube Digestif – de la Prévention aux traitements Tome I – Ed FX de Guibert

2002 Femmes si vous saviez – Hormones, Ménopause, Ostéoporose – Ed FX de Guibert

2003-2013 Changez d’Alimentation – Prévention des cancers – Faut-il manger Bio ? – Ed FX de Guibert

2004 Spiritualité et Cancer : L’Espoir Ed FX de Guibert

2004 Femmes si vous saviez : les hormones de la puberté à la menopause – 2ème édition – Edition F.X. de GUIBERT

2005 Guérir définitivement du cancer – Oser dire quand et comment – Edition F.X. de GUIBERT

2008 Le Suicide qui n’y a jamais pensé – les clefs pour parler, comprendre, prévenir avec Philippe Vaur et Jean Epstein Ed. FX de Guibert

2008 et 2010 Comment enrayer l’Epidémie des cancers du sein et des récidives avec le Dr Bérengère Arnal Ed. FX de Guibert

2011 Cancer de la Prostate – enrayer l’Epidémie et les récidives – Ed Rocher et Médicatrix

2011 Stress et cancer du sein -  Ed Rocher et Médicatrix

2012 Les Abeilles et le Chirurgien Ed Rocher

2013 Le Thym et le Chirurgien avec Guillaume Bouguet Ingénieur écologie Ed Rocher

2013 Le Chirurgien et le Pasteur en quête du 1er Thérapeute avec Henri Bauer Ed Rocher

2013 La Pilule contraceptive – Les dangers pour les femmes et les nouvelles alternatives  avec Dominique Vialard, journaliste Santé – Edition Rocher

 

 

- Le domaine parents-enfants est la traduction d’une importante expérience de rencontres un jour par semaine dans le temps scolaire avec les jeunes dans les écoles, collèges et lycées depuis 1982

 

Aux éditions FX de Guibert, puis du Rocher : éditions de livres et CD audio sur les thèmes intéressant les jeunes, dans la collection Ecologie Humaine. Livres co-écrits avec Christine Bouguet-Joyeux

 

* pour les 4-10 ans : « Dis Maman qu’est ce que je faisais dans ton ventre ? » et « Comment on fait les bébés ? »

* pour les 10-13 ans : « L’annonce de la puberté » et « C’est quoi la puberté des garçons et des filles » , avec en appui un CD Rom avec jeux interactifs à partir de 7 ans : « Les filles, les garçons, l’Amour et les bébés »

* pour les 13-15 ans : « Les bouillonnements de l’Adolescence » et « Expliquez nous l’amour et la sexualité »

* pour les 15-20 ans : « Je suis amoureux, tu es amoureuse ??? »

Tout les livres ci-dessus ont été re-édités en 2013. Chaque livre contient un CD AUDIO donnant des explications plus affectives, tandis que les livres donnent des explications anatomiques et physiologiques.

* pour les 20-30 ans : « Faire sa vie à deux – la construction de l’amour » 38 situations  - en 1994 en cours de re-édition

* Comment parler à nos enfants de l’amour et de la sexualité en respectant le jardin secret de chacun – en 2004

* L’Ecologie sexuelle – Tout ce que les parents doivent dire à leurs enfants de 4 à 20 ans – en 2010

* pour jeunes adultes :   » Construisez votre amour, il est si fragile : Cohabitation -Union libre-Mariage » en 2009

* la Mort programmée du Mariage – 2009

 

CONFERENCES DU Pr Henri JOYEUX

 

Toutes ses conférences sont données au nom du Mouvement « Familles de France ».

Face à la fonte des subventions publiques, le Conseil d’administration national de Familles de France a décidé qu’une convention serait systématiquement établie, correspondant à 500 € la conférence,  entre les organisateurs des conférences et le siège du Mouvement : 28 Place St Georges 75 009 Paris.

Les interventions du Pr Henri Joyeux sont gratuites, car il s’agit de sujets de SANTE PUBLIQUE.

 Liste des thèmes de conférences

- Santé économique des familles
- Politique familiale
- Etre parents aujourd’hui
- Adolescence -Santé- Familles

 


12/11/2013
0 Poster un commentaire