Aventure du BIOMAGNETISME

Aventure du BIOMAGNETISME

AlTERNATIVE SANTE

 "Alternative Santé" est édité par la société Santé Port Royal, société de presse indépendante des laboratoires pharmaceutiques et des pouvoirs publics.
Santé Port Royal SAS - 65, rue Claude Bernard - 75005 Paris


L’AUTO-HEMOTHERAPIE est les maladies graves

« Contre Infos » http://www.contrinfo.net/ pour vous abonner...
L’AUTO-HEMOTHERAPIE

Pour être son propre médicament

Cette méthode, qui a plus de 100 ans d’âge, avait presque disparu avec l’arrivée
des antibiotiques, dans les années 40. Aujourd’hui, il y a pourtant un mouvement
populaire, particulièrement au Brésil en faveur de sa réhabilitation à grande échelle.

De nombreux témoignages d’utilisateurs, confirment des guérisons qu’ils ont obtenues, et cela à un coût très faible (le prix de quelques seringues). En France, c’est interdit donc c’est  un «  label qualité  », cela signifie que marchant trop bien, cela dérange Big Pharma et ses appendices.
Il existe des textes scientifiques disponibles, surtout sur Internet, où environ 20 millions de personnes auraient déjà pu visionner le DVD du Dr Luiz Moura

:

AUTO-HEMOTHERAPIE AU  BRESIL

. On ne peut pas dire que cette méthode soit de la médecine douce, mais elle n’est ni invasive ni dangereuse, et elle résout de nombreux problèmes de santé difficiles, pouvant aussi éviter à bas prix certaines interventions chirurgicales lourdes

COMMENT FONCTIONNE L’AUTO-HEMOTHERAPIE ?

«Voilà une ressource thérapeutique à coût très faible, simple, qui se résume à enlever
10 ml de sang d’une veine et à l’appliquer dans un muscle quelconque, stimulant

ainsi le Système Réticulo-Endothélial (qui fabrique les anticorps), en quadruplant les

macrophages dans tout l’organisme.» (Dr Luiz Mou)

 

Cette production de macrophages par la moelle osseuse, s’effectue parce que le sang dans

le muscle fonctionne comme un corps étranger qui doit être rejeté ; et ce sont justement les

macrophages qui se chargent de ce travail « grand nettoyage ». Ils éliminent les bactéries et

virus pathogènes, ainsi que les cellules cancéreuses (néoplasiques), sans oublier la fibrine

du sang coagulé. Tant qu’il y a du sang dans le muscle le Système Réticulo-Endothélial est

activé. Cette activation se termine au bout de 5 jours

taux normal de macrophages est de 5% dans le sang  ; avec l’auto-hémothérapie,

nous élevons ce taux à 22%, pendant 5 jours

. Du 5ème au 7ème jour, ce taux commence

à décliner, parce que le sang commence à disparaître du muscle. Et quand il a complètement

disparu il retourne à 5%. D’où la raison pour laquelle la technique de l’auto-hémothérapie

peut se répéter de 7 en 7 jours.

La suite dans le journal « Contre Infos » http://www.contrinfo.net/

INDICATIONS DIVERSES

L’auto-hémothérapie fonctionne merveilleusement bien dans les cas suivants (pour les humains et les animaux), que la médecine maîtrise mal, voire pas du tout :

•Allergies cutanées

• Arthrite rhumatismale

• Asthme bronchitique

• Dermatoses émotionnelles

• Lupus (tuberculose cutanée)

• Maladie de Crohn

• Maladies allergiques : toutes

• Maladies auto-immunes en général, (devenues actuellement très nombreuses)

• Maladies infectieuses


Pour infos qu’est ce qu’un macrophage ?

Cellules de l'immunité innée, les macrophages ont trois grandes fonctions :

  • La phagocytose constitue la première fonctionnalité du macrophage, c'est-à-dire qu'il intervient dans l'ingestion des bactéries.
  • Deuxièmement, il joue un rôle majeur dans la sécrétion hormonale.
  • Enfin, le macrophage favorise la coopération intercellulaire, notamment avec les lymphocytes.

A savoir chaque maladie (bactérie) à ses macrophages qui les dévore naturellement, (sont, en vente livre en Russie en Pharmacie) On a du retard non ? avec tous nos médicaments qui nous font parfois plus de mal que de bien !

Vu sur un contre infos précédent.


14/02/2016
0 Poster un commentaire

Arthrose ! articulations, dépression, cancer..Une solution...

http://www.contrinfo.net/

Voici un SUPER JOURNAL «Ici extrait du contre infos numéro 56 »
Journal auquel je suis abonnée et heureuse de l'être.

si vous souffrez d'arthrose ! des articulations, de dépression, de cancer, de problème d'estomac exemple: reflux, de vessie (cystite) de peau comme le psoriasis ...et j'en passe beaucoup page 2 à 7 une issue...
Si vous êtes motivé pour guérir, vous avez les renseignements qu'il faut pour des informations HYPER importante que vous n’aurez pas ailleurs.
Michel Dogna est un passionné de LA SANTE ! merci à lui
Libre a vous maintenant d'en faire ce que vous voulez ! j'ai fait en conscience ce que je pense pouvoir vous venir en aide. http://www.contrinfo.net/
Suite à cette lecture de ce contre-infos n°56: Je fais une cure de soufre organique  MSM et déjà en quelques jours en suivant bien la prescription,j’en ressens les effets, suite à des fuites d’amalgames, et de retraits d’amalgames sans précaution par le dentiste, mes doigts étaient redevenus douloureux, cela commence à bien s’améliorer au bout d’une semaine, et je me sens plus en forme d’une manière générale
En vente sur : https://www.apoticaria.com/
https://www.apoticaria.com/produit-46-msm-soufre-organique-6-sachets-20.html
Résumé des Indications du MSM :
Acné

Allergies pulmonaires
Arthrite et arthrose : calme la douleur inflammatoire
Asthme
Athéromes artériels : dissout les plaques calciques
Céphalées et migraine
Cheveux gris ou blancs

Coeur : réduction des cicatrices

Colon irritable

Colon : syndrome de la perméabilité

Constipation chronique

Déficit de l’attention

Dépression

Eczéma

Emphysème

Gencives : assainit et régénère

Humeur changeante

Hyperactivité mentale

Indigestion

Lupus érythémateux

Métaux lourds : aide à éliminer
Mycose aux pieds
Peau : assainit
Plaque dentaire : élimine
Tension élevée
Extrait du journal:...

SphèreArticulaire : le MSM permet d'assouplir les articulations, grâce à son effet anti-inflammatoire il va réduire la douleur chronique de l'arthrose. De plus, il a un effet régénérant sur les tissus conjonctifs et sur la matrice entourant toutes les parties de l'articulation, il va donc avoir un effet positif sur les terrains dégradés.

Peau, ongles et cheveux : le soufre organique est précurseur de nombreux acides aminés soufrés qui rentrent dans la composition de ces tissus. On obtient après quelques semaines de traitement un cheveu plus solide, plus garni. La peau gagne en élasticité du fait de l'action sur le cross-linking au niveau de la matrice des tissus conjonctifs.

Sphère Digestive : le MSM a un effet de régulation sur le transit intestinal. En tant que minéral il a un effet basifiant sur le tractus digestif ce qui va contribuer à réguler le pH de l'organisme dans son ensemble, donc conseillé en cas d'acidose chronique. De plus, son effet oxygénant sur les intestins va lui permettre de rendre le terrain défavorable aux infections fongiques.
Et aussi…A voir suite dans le contre infos n° 56 :
Sphère cutanée, Sphère cardiaque, Sphère osseuse, Sphère pulmonaire, Sphère pancréatique,Sphère capillaire (cheveux,) Sphère oculaire, Sphère buccale, Sphère crânienne, Sphère hépatique,
Et aussi :

- Les membres de l’Etude qui avaient un cancer et faisaient de la chimiothérapie n’ont eu  aucun effet secondaire en prenant 30 g de soufre organique par jour. Ils n’ont pas eu de

chute de cheveux, pas de nausées, pas de diarrhées. De plus, les oncologistes ont observé une diminution du nombre de cellules cancéreuses. Les lymphomes ont bien réagi au soufre

organique à la fois au niveau des douleurs et dans la diminution de la taille des tumeurs.

- Il a aussi été démontré que le soufre organique purifié, en plus de permettre le transport de l’oxygène à travers la membrane cellulaire, est capable d’éliminer les métaux lourds


Et plus encore abonnez-vous ! c’est un abonnement d’utilité publique !
( c’est mon avis personnel… Agnès)
http://www.contrinfo.net/

Je vais aussi faire un autre article à partir de ce contre-infos n° 56
L’AUTO-HEMOTHERAPIE

Pour être son propre médicament

Cette méthode, qui a plus de 100 ans d’âge, avait presque disparu avec l’arrivée
des antibiotiques, dans les années 40. Aujourd’hui, il y a pourtant un mouvement
populaire, particulièrement au Brésil en faveur de sa réhabilitation à grande échelle.

De nombreux témoignages d’utilisateurs, confirment des guérisons qu’ils ont obtenues, et cela à un coût très faible (le prix de quelques seringues). En France, c’est interdit donc c’est  un «  label qualité  », cela signifie que marchant trop bien, cela dérange Big Pharma et ses appendices.

INDICATIONS DIVERSES

L’auto-hémothérapie fonctionne merveilleusement bien dans les cas suivants (pour les humains et les animaux), que la médecine maîtrise mal, voire pas du tout :

•Allergies cutanées

• Arthrite rhumatismale

• Asthme bronchitique

• Dermatoses émotionnelles

• Lupus (tuberculose cutanée)

• Maladie de Crohn

• Maladies allergiques : toutes
• Maladies auto-immunes en général, (devenues actuellement très nombreuses)

• Maladies infectieuses

 


14/02/2016
0 Poster un commentaire

MALADIES ÉPIDÉMIQUES INFANTILES : NE STRESSEZ PAS !

            

LogoAlternativeSante_0_2.png
   

Pour être assuré de recevoir, chaque jeudi, la newsletter "Alternative Santé" suivez ce lien

 

MALADIES  ÉPIDÉMIQUES INFANTILES :
    NE STRESSEZ PAS !
   

Les mensonges   alarmants qui sont colportés par la médecine sur les maladies infantiles  sont consternants et mettent en grave danger le capital santé des enfants.

   Du temps de nos grands-mères, on mettait simplement les enfants au chaud avec des bouillons de légumes et quelques tisanes classiques, on contrôlait la fièvre (à     partir de 40°) avec des serviettes humides fraîches, et on n’appelait même     pas le docteur.   
Maintenant, on appelle tout de suite un médecin qui fait tomber la fièvre et prescrit des  antibiotiques (contre des maladies virales !). C’est le protocole de la faculté. L’enfant est littéralement saccagé dans ses métabolismes de défense. Il se remet difficilement. Et l’on dit : « Qu’est-ce que cela     aurait été si l’on n’avait rien fait !».Il y a vingt ans, je notais déjà que, selon des statistiques établies en Angleterre, 35 % des     maladies infantiles traitées par les antibiotiques n’étaient pas suivies d’une immunisation naturelle. Normal, puisque l’on a entravé le processus naturel.   

Le résultat est  donc que tous ces jeunes risquent de contracter à nouveau l’une de ces  maladies entre 20 et 30 ans, avec, cette fois, un risque lourd. Et c’est en  invoquant cela que la médecine se sert de cet argument pour asséner un  terrorisme psychologique sur les parents et les faire obtempérer pour faire     vacciner leurs enfants en bas âge avec le fameux ROR     (rougeole-oreillons-rubéole).

   Une médecine digne de ce nom devrait savoir que les maladies infantiles sont des étapes de  mise en place des défenses immunitaires d’organismes en cours de     développement. De plus, elles participent à la structuration psychique de l’enfant (aussi étonnant que cela puisse paraître).
    Donc empêcher ces maladies d'apparaître est une grave entrave au développement juvénile et une fragilisation du futur potentiel vital des jeunes.   

La catastrophe du vaccin ROR   
Le vaccin ROR a fait l'objet, depuis des années, de très nombreuses contestations, plaintes et scandales en Angleterre, en Suède, en Allemagne et d’autres pays, en raison des complications graves à court terme qu’il a entraînées dans de     nombreux cas – en particulier des crises arthritiques aiguës – pouvant clouer certains enfants au lit pendant des mois.Mais maintenant, des informations plus graves arrivent de l’étranger sur les séquelles à long terme que l’on relève par milliers. En effet, ce vaccin est accusé de développer des allergies multiples extrêmement graves, voire mortelles.Rien qu’en France, on dénombre maintenant plus de 400 000 enfants dramatiquement allergiques à  l’arachide, aux produits laitiers, au gluten... et autres. Il faut savoir qu’un tel problème est vécu comme un véritable enfer qui coupe l’accès aux  cantines, aux restaurants, aux repas chez les amis, aux colonies de vacances... sous peine de réactions furieuses de l’organisme, pouvant aller jusqu’à un œdème de Quincke mortel.   Quant à l’autisme conséquent au vaccin, cela devient une véritable hécatombe. Nous sommes passés de 1 cas sur 5000 en 1975 à 1 cas sur 68 en 2013 (ce sont des chiffres américains – en France ce doit être pareil, mais on ne sait rien). Nous avons personnellement des voisins qui ont un enfant de 7 ans autiste ; il dit 2 mots en tout et pour tout – il chantonne, et il fait régulièrement des  colères effrayantes bien qu’il soit ordinairement gentil. Si cela ne change pas, on se demande ce que cela va donner quand il aura 16 ou 18 ans. Bébé, il était normal, puis d’un seul coup… la panne. Les parents formatés « médecine officielle » n’ont rien compris. Je n’ai pas eu envie de leur dire que c’est suite au vaccin, ils ne m’auraient pas cru…   Le vaccin ROR  n’étant pas obligatoire, mais seulement recommandé avec insistance : «     Si vous aimez votre enfant, vaccinez-le !», l’État ne prendra pas en  compte les éventuelles séquelles et vous dira que personne ne vous a obligé à faire cette vaccination. De toute manière, vous aurez beaucoup de mal à faire admettre une relation de cause à effet, même lorsque les séquelles sont immédiates. Ni le médecin, ni le laboratoire de fabrication, ni l’administration, ne sont responsables... et encore moins coupables.   

Ceci revient à  dire que les seuls responsables, C’EST VOUS ! Et vous seuls !

   A titre de comparaison, imaginez que, pour un certain modèle de voiture, il y ait statistiquement une voiture sur 68 dont la direction casse dans les virages. Pourriez-vous concevoir que le fabricant de la marque refuse d’admettre une fragilité, prétendant qu’il s’agit de problèmes de mauvaise conduite. Pourriez-vous concevoir que la plupart des gens continuent à     acheter ce modèle, en faisant délibérément confiance à la marque. Mais, me direz-vous, s’il n’existe que ce modèle sur le marché ? Et bien, vous  pourriez mettre sur votre tableau de bord la photo de la sainte Vierge… Moi, je préférerais rouler à vélo. Moralité : ce que les gens n’accepteraient pas pour leur voiture, ils s’y soumettent     concernant leurs propres enfants. Voilà une belle victoire du formatage sur la logique !   

D'abord,  reconnaître les maladies

   LES OREILLONS
    Les oreillons touchent essentiellement les enfants entre 6 et 12 ans. Ils  se transmettent par épidémies en hiver et au printemps. La contamination se fait par la salive des malades. Les postillons sont contagieux une semaine avant l’apparition des premiers symptômes des oreillons et le sont environ trois semaines après. C’est une maladie très yin qui peut se déclencher en période d’épidémie, après que l’enfant a     simplement mangé une poire, une glace... ou tout aliment yin. Il suffit souvent de compenser par du super yang pour régler la maladie en quelques heures.
Les symptômes :   
  •     gonflement des glandes salivaires,
  •     douleurs des glandes salivaires pouvant entraîner une     mastication douloureuse,
  •     douleurs au niveau des oreilles,
  •     maux de tête,
  •     fièvre,
  •     complication possible chez les garçons : atteinte des testicules pouvant rendre stérile.
    LA RUBÉOLE
    La rubéole touche particulièrement les enfants entre 5 et 9 ans, en automne et au printemps, pour qui elle est relativement bénigne. La maladie se transmet par le contact respiratoire et par le placenta pour l’embryon.   
Aussi, c’est une bénédiction pour une petite fille de contracter cette maladie bénigne, car immunisée à vie, elle ne risquera pas la maladie en cours de grossesse éventuelle, ce qui pourrait pendant les cinq premiers mois provoquer des     malformations cardiaques, neurologiques ou autres du fœtus.   
Les symptômes :   
La rubéole se traduit par une éruption plus ou moins forte. Des petites taches roses et régulières apparaissent sur la peau. Cette éruption s’accompagne d'une fièvre légère, d'une pharyngite et d'un gonflement des ganglions lymphatiques.  
 
LA ROUGEOLE
    Très contagieuse, la rougeole se transmet par contact direct. La contagion commence alors même que la personne malade n’a encore ressenti aucun symptôme. La période de contagion commence 2 à 4 jours avant l’apparition de l’éruption cutanée et elle se poursuit sur les 2 à 5 jours suivants. La période de contagion cesse avec l’apparition de la desquamation (chute de     fines particules de peau).   

Les symptômes :   
La rougeole  commence comme un gros rhume ou une bronchite avec de la fièvre et un fort écoulement du nez et des yeux. C’est ensuite qu’apparaît le signe de Köplik  qui est l’apparition de petites taches blanches ressemblant à des grains de semoule dans la bouche. L’éruption fera ensuite son apparition. Elle     commence par l’arrière des oreilles et se répand sur le visage avant de s’étendre sur tout le corps.   
Elle provoque une fièvre élevée, une toux pouvant devenir pénible, une inflammation des tissus conjonctifs et des muqueuses, une éruption dans la bouche, un écoulement des muqueuses, une grande fatigue et une éruption cutanée sous     la forme de plaques rouges qui ont donné son nom à la maladie.   

LA VARICELLE
    La varicelle est une maladie très contagieuse que contractent les enfants entre 2 et 10 ans lors de petites épidémies.
Son temps d'incubation peut aller jusqu'à 15 jours.
  

 
Les symptômes :   
La varicelle commence souvent par un gros rhume avec fièvre, qui dégénère en éruption de petites vésicules très caractéristiques. Elles se présentent sous la forme de petits sacs ou de bulles remplies de liquide. L’éruption débute par le     visage près des cheveux puis elle s’étend sur l’ensemble du corps en 4 ou 5 jours. Les sourcils, les paupières, la bouche, le cuir chevelu et les muqueuses sont souvent le siège privilégié pour les vésicules, puis les croûtes.
La varicelle peut s’accompagner d’une fièvre modérée ou élevée. Elle provoque de très fortes démangeaisons alors qu’il est très fortement déconseillé de se gratter. Les lésions grattées ont plus de risque de laisser des cicatrices et elles peuvent se surinfecter.
   

LA SCARLATINE 
La scarlatine est une maladie infectieuse qui touche fréquemment les enfants entre 5 et 10 ans.
 Elle se transmet par la salive. Elle est extrêmement contagieuse, ce qui conduit souvent les médecins à traiter tous les membres de la famille n’ayant jamais été infectés.   

Les symptômes :

    • la fièvre élevée     à 39°C ou 40°C,
    • des frissons, des maux de gorge (angine rouge),
    • un enduit blanchâtre à jaunâtre sur la langue,
    • des douleurs abdominales,
    • une augmentation des ganglions du cou,
    • une éruption rouge et granitée du thorax,
    • langue framboisée caractéristique, gorge rouge.                               
Complications     possibles :   

    • infection des     ganglions,
    • otites,
    • rhinites,
    • sinusites,
    • néphrites (inflammation du rein),
    • rhumatisme articulaire aigu.

   Le traitement  commun à toutes ces maladies infantiles   

Premiers réflexes

   
  •     Pas d’école (et isolement par rapport aux autres     enfants).
  •     Au départ, jamais d’aspirine et encore moins de     paracétamol qui casse la fièvre et les processus de défenses naturelles – Jusqu'à 40°, il n’y a pas de problème.
  •     Tenir les petits malades au chaud, mais ne pas les     exposer au soleil, ce qui pourrait entraîner des complications sévères et regrettables.
  •     Brûler de la sauge dans une gamelle pour enfumer     l’appartement.
               Alimentation   
  •     Pas de charcuteries (jambon blanc).
  •     Pas de viande.
  •     Pas de poisson.
  •     Pas de sucreries.
  •     Pas de chocolat.
  •     Soupes de légumes maison en primeur.
Les soins   
Chlorure de  magnésium (en pharmacie) : 20 à 30 ml toutes les 3 heures. (sauf scarlatine). Préparation : sachet de 20 g dans un litre d’eau – à mettre au frigo pour  atténuer le goût.
    Rien que cela peut écourter les ¾ de la maladie, et en minimisant considérablement les troubles. Par ailleurs, il limite généralement la température à 38,5°C.   
Bourrache :
En décoction : 4 à 5 tasses par jour. Mettre 25 g dans 1 litre d’eau. Bouillir 3 minutes. Infuser 15 minutes. Active une salutaire sudation. On trouve de la bourrache en plante sèche dans les pharmacies et les herboristeries.
   
Homéoplasmine (en pharmacie)    
dans le nez, matin, midi et soir.
   

Accélérateur de     guérison ou en cas de complications (peu probable)
    Iso-placenta - 10 gouttes toutes les 3 heures. Si l’on a eu la  chance ou le bon réflexe de la fabriquer à la naissance du bébé (voir notre précédent article ou mon ouvrage chez Trédaniel : «  Homéopathie courante par soi-même ».
    NOTA : Ce remède reste efficace pendant des années et peut servir aux     frères et sœurs aînés.

   Quelques spécificités, selon les maladies  
 
Rougeole
    Nos grands-mères, pour accélérer le déroulement correct de la maladie, créaient une ambiance rouge autour du petit malade avec des tentures et des éclairages. On en rit trop souvent de nos jours, et pourtant, ça marche, et tant pis pour les RBB (Rationalistes bêtes et bornés).
    Pour les démangeaisons, talquer abondamment le corps avec du talc au calendula (en pharmacie).   
Varicelle
    Pour les démangeaisons, idem que la rougeole.   
Oreillons
    - Miso (en diététique) : 1 cuillère à café dans 1 tasse d’eau chaude. 4 à 5 tasses dans la journée. Contre une maladie Yin, une tisane Yang. Très efficace.   

Scarlatine
Il convient de surveiller régulièrement l’albumine, car il y a risque de  néphrite.
    En cas d’albuminurie :
    - Cure exclusive de raisin – 15 jours.
    - Sérum d’anguille 12 CH – 1 ampoule au lever - boîte de 20.
    - Cantharis 15 CH – 1 ampoule avant 2 repas principaux – Boîte de 30.

   Rubéole
    Rien de plus que le traitement général.   Vous le voyez,     rien de plus simple. Alors, passez un hiver tranquille avec vos

enfants.   

Pour être assuré de recevoir, chaque jeudi, la newsletter "Alternative Santé" suivez ce lien

 


29/01/2015
0 Poster un commentaire

Vingt recettes pour vous soigner avec le vinaigre de cidre

Aujourd'hui, pour la plupart des gens, le vinaigre n'évoque que la sauce vinaigrette. Mais au-delà de ses qualités gustatives, sait-on encore comment cet ingrédient s'est imposé à tous dans l'alimentation d'abord et dans la trousse à pharmacie familiale ensuite ?
Trois qualités fondamentales ont imposé le vinaigre dans les foyers des nos aînés : il était indispensable à la conservation des aliments, il facilite la digestion, c'est un produit antiseptique de première main. C'est à ce titre, et bien d'autres qu'il a été inscrit au Codex en 1748 et vendu très longtemps chez les apothicaires.

Votre cuisine, c'est votre pharmacie

Si tout vinaigre est bon par définition, le vinaigre de cidre sort du lot. Ses particularités en font :

  • un grand tonique du système nerveux et du c?ur, anti-fatigue,
  • un nettoyeur et régénérant cellulaire,
  • un reminéralisant hors-pair,
  • un stimulant digestif,
  • un immunostimulant,
  • un anti-cholestérol...

Rhume, troubles circulatoires, intestinaux, hypertension, problèmes de pieds ou de peau, douleurs articulaires ou musculaires, coups de soleils et piqûres d'insectes... le vinaigre est bon pour tout. Et pour en tirer le meilleur, il suffit d'y associer quelques ingrédients de base comme le miel qui, tous, sont à votre portée. Sans compter les mille recettes de beauté que vous pouvez concocter avec ce vinaigre. On n'attrape peut-être pas des mouches avec du vinaigre mais on se refait sûrement la cerise, et gratis ! Lisez ce mail jusqu'au bout, je vous livre plusieurs recettes très simples qui pourront sans doute soulager un certain nombre de vos maux quotidiens.

Le secret du vinaigre : une soupe de microbes et trois acides

La formation du vinaigre est un phénomène naturel dû à l'oxydation de l'éthanol des boissons alcoolisées par un processus de fermentation acétique. Les Anciens savaient reproduire ce phénomène en utilisant « la mère à vinaigre », ce voile gélatineux qui se forme à la surface du vin avec le temps. On ignorait alors que cette fermentation acétique est le fait d'une bactérie Acetobacter suboxydans.

Très sociable, elle se développe ultra rapidement en s'associant avec ses consoeurs pour former un biofilm. On sait depuis peu que d'autres bactéries cousines ont ce pouvoir acétifiant. Le résultat final se distingue par un concentré d'éléments-trace mais surtout par sa concentration en acides : acétique principalement (5 à 8%), et acides tartrique et citrique en quantité variable.

L'acide acétique fait du vinaigre un détergent domestique mais c'est aussi, pour l'essentiel, cet acide qui lui confère ses qualités bactéricides et médicinales.

Pourquoi de cidre ?

L'acide acétique expliquant les vertus désaltérantes, désinfectantes et curatives du vinaigre, l'origine de ce dernier, me direz-vous, importe peu. Pourtant, c'est le vinaigre de cidre qui est généralement employé comme remède. Pourquoi ?

Comme d'autres, le vinaigre de cidre est très riche en phosphore, calcium, magnésium, soufre, fluor, fer, bore et silice qui, l'un dans l'autre, contribuent à son pouvoir énergisant et curatif. Mais on aurait tort d'ignorer les particularités du vinaigre de cidre dues à la teneur en acides essentiels, enzymes et surtout à son impressionnante teneur en potassium (jusqu'à 1 g par litre).

Le potassium est à nos tissus mous ce que le calcium est à nos tissus durs. Il joue un rôle-clé dans le liquide intracellulaire et pour le maintien de l'équilibre acido-basique. C'est un excellent antidote à la pollution, à l'empoisonnement médicamenteux et vaccinal et à l'alimentation déséquilibrée qui attaquent notre équilibre acido-basique au point d'entraîner de nombreux désordres, de la thrombose au cancer. Alors tant qu'à sortir 3 ou 4 euros de sa poche, autant choisir du vinaigre de cidre. Bio et non pasteurisé !

Ajoutons que le vinaigre est très riche en antioxydants. Il contient environ 600 mg/l de composés phénoliques

La « révélation » d'un médecin épris de nature

C'est au médecin DeForest Clinton Jarvis que l'on doit la découverte des vertus préventives et curatives du vinaigre de cidre. Cet ophtalmologiste et otorhinolaryngologiste a exercé jusqu'en 1945 au nord de New York, dans le Vermont. C'est dans cette région réputée pour ses paysages sauvages que cet observateur a longuement étudié les remèdes de la médecine populaire locale.

Ses observations et expériences sont consignées dans un livre à succès : « Ces vieux remèdes qui guérissent », paru en 1958. Or le vinaigre de cidre occupe une place centrale dans la pharmacopée du Vermont. On lui prête le pouvoir de « ralentir » le corps et de lutter contre les « maladies de l'énergie ». Entendez des « emballements » de l'organisme qui se traduisent par fatigue chronique, hypertension, accidents cardiaques, ulcères gastriques et intestinaux, obésité, arthritisme...

Jarvis a su l'expliquer, de façon simplissime : si ces états pathologiques se manifestent, c'est parce que les cellules du corps sont déshydratées, tel un raisin sec. Leurs composants minéraux ne pouvant plus être rejetés, ni se dissoudre, s'agglutinent et se déposent dans les tissus. Et pour réhydrater les cellules malades, en douceur, rien de mieux que le vinaigre de cidre et son potassium. L'hydratation disperse les molécules agglutinées, permet aux minéraux et autres éléments bénéfiques de pénétrer la cellule. Bref, cette médecine est simple : elle redonne à la cellule ses capacités d'assimilation, de stockage et d'élimination.

Pourquoi les vaches « se pètent la ruche » avec des pommes à moitié pourries...

Tout a commencé dans une étable. C'est là que le Dr Jarvis avait installé son laboratoire d'observation. La vache est un excellent sujet car son alimentation, donc son état de santé, influe directement sur sa production laitière.

Jarvis aimait raconter l'histoire d'une petite vache surnommée « Paralysée ». A chaque vêlage, elle avait une attaque de fièvre de lait et de paralysie et le vétérinaire la sauvait en lui injectant du gluconate de calcium. Or Jarvis avait remarqué que les vaches laitières aiment les pommes en état avancé de fermentation. Peut-être est-ce leur moyen à elles de s'enivrer un peu, de se « péter la ruche » pour reprendre l'expression champêtre d'un ami éleveur. Mais plus sûrement, c'est leur corps qui le demande ...

Jarvis proposa donc de verser un demi-litre de vinaigre de cidre deux fois par jour dans la nourriture de sa vache. Trois mois plus tard, par une amélioration de l'élasticité des tissus, elle mit bas d'un veau en parfaite santé, en seulement 10 mn avant de retrouver l'appétit et la santé.

Mais Jarvis, qui avait de la suite dans les idées, fit une autre observation : sachant qu'il est difficile de sectionner les grosses artères des vaches abattues, il avait remarqué que le problème ne se présentait plus chez les animaux traités au vinaigre durant une partie de leur vie. Il en déduisit que le vinaigre de cidre favorise l'assimilation du calcium et supprime les dépôts de calcium dans les parois artérielles.

Le cocktail de Jarvis : un remontant à faire soi-même

Les médecins sportifs vous le répètent : pendant et après l'exercice, il est élémentaire de boire une solution isotonique permettant une rapide compensation des minéraux perdus par sudation.

Grâce au vinaigre de cidre, il est possible d'en obtenir une excellente qui, potassium aidant, fortifie en outre la musculature.

Pour cela, on diluera 2 cuillères à café de vinaigre de cidre et 1 de miel dans 100 ml d'eau riche en sodium : c'est le cocktail dit de Jarvis dont vous verrez ci-dessous les nombreux usages possibles. En règle générale, pour soutenir la vitalité et la santé musculaire d'une personne active, il est conseillé d'en boire au mimimum 1/2 verre par jour, mais on peut aller jusqu'à 3 verres par jour.

Une autre façon de se soigner... à la cuillère

Le vinaigre de cidre, sous forme de cocktail ou pris à la cuillère, présente bien des vertus thérapeutiques. Les indications ci-dessous montrent l'étendue de son spectre d'action :

Faiblesse, fatigue, fragilité face aux microbes et virus

Vous êtes souvent fatigués ? Vous tombez malade dès qu'une personne tousse ou renifle dans votre entourage ? Vous êtes allergique pour un rien... Faites des cures régulière du cocktail de Jarvis (sur environ 4 semaines et sans interruption en préventif) ou durant les périodes où vous vous sentez fragiles. Complétez cette cure en prenant de la vitamine C naturelle.

Les chercheurs ont montré que le vinaigre de cidre était efficace contre les bactéries causant les maux d'oreille les plus fréquents. Ce sont les bactéries de type Pseudomonas, Staphylococcus et Proteus.

Le vinaigre pourrait même représenter un traitement alternatif intéressant en cas d'échec des antibiotiques.

Rhumes et troubles des voies respiratoires

En cas de mal de gorge et d'enrouement, faites des gargarismes de vinaigre de cidre dilué (75 ml d'eau tiède avec 25 ml de vinaigre). Si l'inflammation est aiguë, gargarisez toutes les heures (recracher !). En cas de toux bronchique, le vinaigre de cidre va favoriser la liquéfaction et l'expectoration des mucosités. Prenez 1 c. à café de ce sirop : 4 c. à soupe de miel liquide avec 5 c. à café de vinaigre de cidre. Buvez beaucoup de liquide (des infusions de thym très chaudes) pour aider les mucosités épaisses à se liquéfier.

Troubles cardiaques et circulatoires

Le vinaigre de cidre, on l'a vu, a la capacité de dissoudre les dépôts calcaires dans les parois artérielles (une coquille d'oeuf se dissout en moins de 2 jours dans du vinaigre de cidre). Il réduirait par ailleurs l’activité de la rénine, une enzyme qui contracte les vaisseaux sanguins et augmente la pression. Grâce au vinaigre, l'effet de la rénine diminue, les vaisseaux sanguins se relâchent, la pression artérielle baisse, ce qui épargne les parois et éloigne le risque d'avoir un accident cardiovasculaire. Si vous êtes concernés, buvez le cocktail de Jarvis plusieurs fois par jour et utilisez le plus possible le vinaigre de cidre pour cuisiner. Sa haute teneur en potassium renforcera en plus le muscle cardiaque.

Si vous souffrez de varices, imbibez un tissu de vinaigre de cidre et enveloppez vos jambes pendant 20 minutes.

En cas d'hémorroïdes, prenez des bains de siège où vous diluerez un verre de vinaigre de cidre et un verre d'infusion de sauge dans de l'eau tiède.

Troubles intestinaux

En cas de diarrhée, qu'elle soit provoquées par de méchantes bactéries ou par des médicaments, le corps perd quantité de liquide et de minéraux vitaux. Le vinaigre de cidre, bactéricide doux (il agit non par destruction mais par répulsion), reminéralisant, favorise le développement de la flore intestinale et régule le transit.

Diluez 2 c. à café de vinaigre de cidre dans un verre d'eau et buvez-le avant les repas par petites gorgées jusqu'à disparition des maux. En cas de constipation, buvez plusieurs fois par jour 2 c. à café de vinaigre de cidre diluées dans un verre d'eau et/ou prenez des bains de pieds tièdes (4 litres d'eau, un verre de vinaigre de cidre et 4 c. à café de sel).

Diabète

Boire du vinaigre au cours du repas ralentit l'augmentation du taux de sucre dans le sang, la fabrication d'insuline et de triglycérides/cholestérol.

L’acidité du vinaigre ralentit la vidange de l'estomac, ce qui transforme n’importe quel repas à index glycémique (IG) élevé en repas à IG bas avec toutes les conséquences positives que cela implique pour la santé.

De plus, le vinaigre bloquerait l’activité des amylases dans le petit intestin. Les amylases sont les enzymes qui découpent l'amidon et en font du glucose. Une partie de l'amidon avalé partirait donc aux toilettes plutôt que d'être transformée en sucre et passer dans notre sang. Cet effet tient à l'acide acétique contenu dans tous le vinaigre de cidre.

Douleurs articulaires (arthrose, arthrite, rhumatismes, goutte)

En fluidifiant le sang épaissi par les aliments riches en protéines (comme les viandes), le vinaigre de cidre nettoie les toxines qui s'accumulent dans les jointures, les tissus et les organes.

Pour prévenir les douleurs articulaires, buvez un demi-verre du cocktail de Jarvis avant le petit-déjeuner. En cas de douleurs aigues, faites, en plus, un enveloppement froid du membre concerné ou, si la douleur est chronique, un enveloppement chaud au vinaigre de cidre dilué.

Ostéoporose

Le vinaigre augmente l'absorption du calcium par l'intestin et diminue l'activité des cellules qui renouvellent (et donc détruisent) les cellules des os.

Troubles des reins et de la vessie

Le vinaigre de cidre favorise le rinçage des reins et de la vessie et prévient la formation de calculs rénaux et vésicaux. Buvez aux repas 2 c. de vinaigre de cidre diluées dans un verre d'eau. Là aussi, buvez des infusions (de pissenlit ou d'ortie) pour mieux éliminer.

Problèmes de dents et de bouche

Une recette pour conserver des gencives saines est de se rincer la bouche matin et soir après vous être brossé les dents avec du vinaigre de cidre dilué dans l'eau (1 c. à café dans un verre d'eau). Le vinaigre de cidre stimule l'irrigation de la gencive et il stoppe les inflammations d'origine bactérienne.

Je ne vous conseillerais pas, toutefois, de faire ce bain de bouche avec du vinaigre pur car une étude menée auprès de 2 385 adolescents de 14 ans a démontré qu’une consommation très régulière de vinaigre pur pourrait augmenter l’usure de l'email. Mais avec une cuillère a café diluée dans un verre d'eau il n'y a strictement aucun risque.

Problèmes de peau

  • Acné : les composants du vinaigre de cidre purifient la peau et empêchent les inflammations, y compris celles qui sont dues au dérèglement hormonal de la puberté. Il est conseillé de boire un verre d'eau dans lequel vous aurez dilué deux c. à café de vinaigre de cidre avant chaque repas. Vous pouvez aussi vous faire des saunas faciaux. Remplissez un grand bol avec 1 l d'eau bouillante, 4 c. à soupe de vinaigre de cidre et des fleurs de camomille. Couvrez-vous la tête d'une serviette et placez le visage au-dessus du récipient dans la vapeur.
  • Inflammations cutanées provoquées par des virus ou des bactéries : buvez un verre d'eau avec 2 c. à café de vinaigre de cidre aux repas. Appliquez des compresses de vinaigre de cidre et de farine de maïs ou de pommes de terre. En cas de virus (herpès ou le zona), tamponnez les zones concernées avec du vinaigre de cidre non dilué.
  • Piqûres de petits insectes : le vinaigre, appliqué immédiatement, arrête les démangeaisons (moustiques, aoûtats)
  • Coups de soleil : le vinaigre de cidre calme et rafraîchit la peau rouge et douloureuse et empêche les infections. Appliquez le non dilué, doucement, sur les zones rouges. Et prenez un bain d'eau fraîche dans lequel vous aurez dilué 3 c. à soupe de vinaigre de cidre.

Affections gynécologiques

Le vinaigre de cidre régule aussi la flore vaginale (pertes blanches, etc.). Diluez une dose de vinaigre pour 4 doses d'eau, le tout à la température du corps. Achetez en pharmacie une seringue de 10 ml, coupez l'embout, pompez la solution préparée avec votre seringue et injectez la prudemment dans le vagin.

Dans le cas de règles abondantes, prendre le cocktail de Jarvis le matin. Il agit contre les saignements. Vous pouvez aussi pratiquer des bains de siège avant le début des règles (diluer un demi-verre de vinaigre de cidre dans de l'eau chaude).

Soins du corps

Buvez le matin à jeun un verre du cocktail de Jarvis. Il vous fortifiera tout en stimulant l'irrigation sanguine et les fonctions de la peau. Complétez ce régime par :

  • des bains : pour détendre la peau et régénérer son film protecteur, prenez un bain dans lequel vous aurez versé 1 à 2 verres de vinaigre de cidre. Restez au moins 15 minutes et relaxez-vous.
  • des massages : après le bain ou la douche, pratiquez un massage une fois par semaine. Remplissez votre lavabo d'eau chaude et versez un verre de vinaigre de cidre. Massez-vous le corps avec cette eau vinaigrée pour qu'elle pénètre bien dans la peau. Ne vous essuyez pas.

Pour nourrir, hydrater, lisser et protéger votre peau, voici comment faire une crème de soins à partir de ce que vous pourrez trouver dans votre cuisine :

- au yaourt et au vinaigre de cidre : mélangez 3 c. à soupe de yaourt nature, 1 c. à soupe de crème fraîche, 1 c. à soupe de miel (chauffé et bien fluide), 1 c. à café de vinaigre de cidre et 1 c. à café de jus de tomate. Remuez jusqu'à obtenir une pâte lisse. Appliquez cette crème la nuit.

- à l'avocat et au vinaigre de cidre : mélangez 3 c. à soupe d'avocat écrasé, 3 c. à café de miel, 2 c. à soupe de vinaigre de cidre et 2 c. à café de son de blé. Epaississez la pâte obtenue avec le son de blé. Etalez la préparation obtenue sur votre peau et laissez agir 30 minutes.

Cheveux : L'Oréal, Dessange et compagnie n'ont qu'à bien se tenir

Le vinaigre de cidre est à la base de soins capillaires ultra-économique et bien plus sains que ceux du commerce. Ses résultats vous surprendront. Voici quelques recettes de shampoings et lotions dont les ingrédients principaux sont aussi dans votre cuisine :

  • Cheveux blonds : faire une décoction de fleurs de camomille (20 g/l) et la mélanger dans 1 l de vinaigre de cidre. Appliquez 25 cl de cette solution sur les cheveux après le shampoing.
  • Cheveux bruns : préparez un shampoing avec 2 c. à café d'eau de rose, 2 c. à soupe de vinaigre de cidre et 2 oeufs puis massez-vous les cheveux avec et laissez agir quelques minutes.
  • Cheveux brillants : faire une décoction avec 30 g d'orties dans un ½ litre d'eau. Filtrez-la et mélangez avec le vinaigre de cidre. Appliquez la préparation sur les cheveux après le shampoing.
  • Cheveux épais : placez 10 g de feuilles de bouleau, 10 g de feuilles de lavande dans une carafe puis versez dessus un litre de vinaigre de cidre. Fermez hermétiquement et laissez macérer une semaine. Massez-vous alors la chevelure avec la solution. Ne pas rincer.
  • Boucles naturelles : après le shampoing, appliquez une solution chaude de vinaigre de cidre (proportion ¼) et d'eau.
  • Cheveux gris : lavez les cheveux avec du vinaigre de cidre (proportion 1/3) dilué dans l'eau et chauffé. Ne pas rincer.
  • Cheveux gras : appliquez une solution de vinaigre de cidre dilué dans l'eau (2/3 d'eau) après le shampoing.
  • Pellicules, chutes de cheveux : appliquez du vinaigre de cidre dilué (3/4 d'eau) et chauffé, après le shampoing.

De la tête... aux pieds, de quoi faire de l'ombre aux pharmacies !

Pour les mains, la règle de la simplicité prévaut aussi. Vous avez des problèmes de peau sèche ou gercée ? Pour retrouver une peau souple et lisse, faites une cure de cocktail de Jarvis pendant 4 à 6 semaines (un verre avant le petit-déjeuner). Essayez aussi une crème composée pour moitié d'huile d'olive et pour moitié de vinaigre de cidre (très bonne pour le corps aussi).

Enfin, pour vivifier vos pieds en fin de journée, trempez les pendant 15 mn dans 5 l d'eau chaude dans lesquels vous aurez versé 3 c. à café de sel et 2 de vinaigre de cidre. Si vous avez les jambes lourdes, une friction au vinaigre de cidre pur les soulagera. Que demander de plus simple et de plus universel ?

 

PS : Un certain nombre d'entre vous, lecteurs, hésitent sans doute à se lancer dans un cure au vinaigre de cidre pour de simples raisons de goût et je vous comprend. Il n'est pas si facile de s'astreindre à une consommation quotidienne de vinaigre (même adouci avec du sucre). Cela ne me pose personnellement aucun problème mais je ne suis pas seul au monde. Il existe pour les plus réticents une solution alternative : les gélules de vinaigre de cidre. On en prend 2 ou 3 à chaque repas, l'effet est le même... sans l'acidité. On trouve ces gélules assez facilement sur internet (par exemple en suivant ce lien) mais rarement dans les boutiques bio. C'est une solution bien commode et tout aussi efficace.

 

http://www.alternativesante.fr/vinaigre-de-cidre/vingt-recettes-pour-vous-soigner-avec-le-vinaigre-de-cidre/?utm_source=AS&utm_medium=email&utm_campaign=FlashInfoN4


01/01/2015
0 Poster un commentaire

Contre EBOLA le traitement Montagnier au pape Jean-Paul II

Dans : Alternative Santé N°114  (gratuit )

MAIS POURQUOI DIABLE UN PAPE
A-T-IL PRIS DE LA PAPAYE FERMENTÉE ?

(et pourquoi il est bon de le savoir face à la menace Ebola)

Depuis l'affaire de la "papaye papale" (comprenez le traitement qu'a pris Jean-Paul II à l'invitation du Pr Montagnier en 2002), la papaye fermentée traîne une réputation disons… peu catholique. L'affirmation, corroborée par de nombreux médecins et scientifiques, selon laquelle cette poudre fermentée ralentit l'évolution de la maladie de Parkinson et nous protège de plusieurs maux, surtout des virus, est régulièrement taxée de "charlatanisme".

De la papaye pourrie pour soigner un Parkinson ?

Vous imaginez… de la papaye pourrie pour soigner une maladie aussi complexe qu'un Parkinson, une dégénérescence contre laquelle la médecine ne peut rien ou presque ?

Vous imaginez… une poudre blanche sucrée pour vous protéger d'Ebola ? Je n'invente rien car à en croire le Pr Montagnier, l'homme par qui tout est arrivé, virologue (découvreur du virus du sida), Nobel, c'est la meilleure solution du moment en l'absence d'antiviraux spécifiques et de vaccin.
A première vue tout cela est risible ! Oui, mais j'espère vous apporter ici des éléments suffisamment sérieux pour ne pas, bêtement, passer à côté d'une solution qui peut améliorer la vie de nombreux malades à défaut de nous protéger de l'Ebola (ce qui reste à vérifier).

Un remède miracle ???


Il faut bien admettre que l'utilisation commerciale hâtive et souvent artisanale qui a suivi cet épisode papal n'est pas rassurante, y compris pour ceux qui comme vous et moi privilégient les solutions naturelles.
Sur la base des travaux de recherche menés, il faut bien le dire, par un seul laboratoire - Osato (qui commercialise le produit donné au Pape) - toutes sortes de marques d'extrait de papaye fermentée (ou de produits à base de) ont conquis le marché. Avec souvent des argumentaires téléphonés (le pape, Montagnier toujours) accolés à des poudres d'origines incertaines vendues à des prix qui vont aujourd'hui du simple au triple…
Pourtant, pour choisir sa papaye fermentée, il suffit de poser les bonnes garanties. Nous allons voir lesquelles.

La papaye "Urbi et Orbi" !

Souvenons-nous : au printemps 2005, Jean-Paul II, Parkinsonien le plus célèbre de la planète n'en finit plus d'agonir sous les caméras du monde entier. Le spectacle est pathétique. Cette agonie met fin à des années de lutte acharnée contre la maladie.


Le Pape avait enchaîné les problèmes de santé depuis l'attentat dont il avait été victime : immunodépression (due au pénible cytomégalovirus probablement contracté via une transfusion), cancer du côlon (qui lui avait valu l'ablation d'une partie des intestins), problèmes articulaires, de fractures de l'épaule puis de la hanche suite à une chute dans sa baignoire (sort que connaissent de nombreux profanes), pose d'une prothèse et vieillissement accéléré avec pour conséquence... un Parkinson.

Encore un effort de mémoire : Jean-Paul II allait déjà très mal début 2002, au point qu'on le disait mourant. Quelques mois plus tard, dans l'été, lors du rassemblement de la jeunesse à Toronto, il était apparu dans une forme qu'on ne lui avait pas vue depuis longtemps. A la surprise générale, du jour au lendemain le Pape parlait distinctement, ne tremblait plus ! Et cette forme a duré deux ans.

Le vrai traitement donné au Pape

Un miracle ? Un sursaut ? La rage de vivre qui animait cet ancien athlète, sa force autant physique, spirituelle que politique (n'a-t-il pas fait tomber le Mur de Berlin ?) ne permettent pas d'écarter cette possibilité. Mais tout porte aussi à penser que le traitement que Montagnier avait remis la même année au Pape lors d'une audience privée y a fortement contribué.


Si le Vatican n'a jamais communiqué sur l'affaire, des journalistes italiens proches de son entourage ont confirmé que Jean-Paul II avait non seulement pris ce traitement mais qu'il continuait à le prendre avant sa mort.

Que contenait le petit sac violet tendu à un Pape recroquevillé dans sa chaire ? Deux produits et non un (ce que personne n'a dit) pour deux mois de traitement : de l'extrait de papaye fermentée d'Osato et du glutathion (mais les journalistes n'ont pas retenu ce nom compliqué) produit par une firme de biotechnologie new-yorkaise, Thyogen. Deux remèdes qui vont très bien ensemble (on va le voir).


Deux remèdes que Montagnier avait déjà testés sur des malades du sida et de Parkinson et sur lesquels il avait constaté des améliorations. Il savait donc ces produits non toxiques et utiles.

On comprend mieux pourquoi le médecin papal d'un jour a été submergé de lettres de Parkinsoniens venant de toute l'Europe. Dans son livre "Les combats de la vie" paru en 2008, il revient sur l'affaire : " Soit je me taisais et faisais valoir la confidentialité, soit je m’expliquais. Je choisis cette dernière option, estimant qu’il n’était pas éthique de me taire : dans la mesure où ce traitement pouvait améliorer l’état de santé du Pape, il fallait faire partager ce bénéfice à tous ceux qui en avaient besoin. "

Les experts ont condamné, des milliers de gens ont acheté quand même

Que n'a-t-on pas dit, vu, lu ou entendu dans la presse ou dans la bouche des experts (des autorités sanitaires) à propos de la "papaye papale" ou "papayamobile" ? Les uns ont crié au mercantilisme, les autres ont nié tout fondement scientifique à la démarche !

Dès 2002 les Italiens se sont rués sur le produit, puis les pharmacies françaises, s'y sont mises, harcelées qu'elles étaient de demandes de Parkinsoniens.

Affolement à la Direction des Fraudes, branle-bas de combat à l'Agence française de sécurité sanitaire des aliments (Afssa). Quelques mois plus tard, en 2004, le produit est retoqué au motif "d'allégations non fondées". Comme d'habitude sans l'amorce d'un débat scientifique. Montagnier juge l'avis de l'Afssa "emberlificoté", il n'a pas tort car celle-ci reconnaît que "quelques résultats obtenus via des études in vitro ou in vivo montrent des effets antioxydants et immunostimulants" tout en affirmant qu'ils sont "difficilement interprétables"…

Mais la menace a porté : les pharmaciens ont reculé. Quelques mois… Car très vite la valeur d'usage l'a emporté tandis que les preuves scientifiques ont continué de s'accumuler : des milliers de personnes se sont mises à consommer de la papaye fermentée et c'est toujours le cas.


Ce ne sont pas des milliers d'idiots.

Beaucoup de témoignages pour toutes sortes de maux…

Que la papaye soit une sorte d'élixir de jouvence, un remontant et un produit de beauté naturel, ça, les Anciens le savaient.
"La papaye est l'arbre de la jeunesse éternelle", disait Vasco de Gama. En Amérique du Sud, le "fruit des anges" entre dans de nombreux remèdes populaires. Comme en Asie où sa forme fermentée est utilisée depuis des siècles. Aux Philippines, on mange depuis longtemps le fruit presque pourri pour bien vieillir. Comme au Japon où la papaye est prisée sous la forme lacto-fermentée.

Mais l'observation la plus intéressante ne remonte qu'à une quinzaine d'années, quand les Japonais qui recouraient à l'extrait de papaye pour toutes ces raisons ont constaté d'autres bienfaits, inattendus…

Ce que les Japonais ont découvert par hasard
L'invention de l'extrait de papaye fermenté est partie d'une observation : on avait constaté qu'aux Philippines, les gens qui consommaient ce fruit fermenté vivaient plus vieux. C'est ainsi que la préparation, bardée de propriétés antioxydantes validées en laboratoire, s'est diffusée au Japon dès la fin des années 90 en tant que complément alimentaire "anti-âge".
Quadras et quinquagénaires japonais ont plébiscité l'extrait après avoir observé qu'il leur donnait un meilleur tonus et une peau plus souple, élastique.
On a parlé de "cosmétique qui se mange", on a dit que la famille impériale en faisait usage et dans ce pays qui nous a habitués aux pratiques insolites, des femmes appliquaient l'extrait dilué dans un peu d'eau directement sur leur peau…

Et puis très vite ont afflué les témoignages de personnes souffrant de maladies cardiovasculaires, neurodégénératives (Alzheimer, Parkinson), chronique,s inflammatoires (bronchite, hépatite, gastrite), de cancer, de diabète…
Tous ces témoignages de malades rapportaient un mieux, un regain d'énergie, de forme.
Et c'est bien ce qui a poussé des scientifiques aussi prestigieux que l'Américain Lester Packer (spécialiste du stress oxydatif et des antioxydants), l'hématologue israélien Eliezer Rachmilewitz ou le Pr Tsunataro Kishida de l'Institut Pasteur de Tokyo à approfondir les recherches. Et à découvrir, finalement, qu'aux propriétés purement antioxydantes de la papaye fermentée s'ajoutaient des effets immunostimulants qui conféraient à ce produit un spectre d'action aussi surprenant qu'inattendu.

Comment la papaye ralentit les processus de vieillissement...

Tous les essais cliniques (randomisés en double aveugle), toutes les études (elles se comptent en dizaines) menées à l'époque et depuis, notamment aux Etats-Unis, toutes les observations recueillies chez les utilisateurs, vont dans le même sens.

L'extrait de papaye est aussi utile devant la fatigue physique et psychologique liée à un trop plein d'activité, des problèmes de sommeil, un stress, des comportements néfastes (alcool, tabac) que pour contrer les processus dégénératifs liés à l'âge et à la pollution.


Grâce au processus de fermentation lactique et à la richesse nutritionnelle du fruit Carica papaya, la poudre obtenue est une "bombe" antioxydante au pouvoir inégalé. Elle ne le doit pas à son pouvoir intrinsèque (pas de valeur ORAC) mais à sa capacité d'induire et de stimuler nos défenses antioxydantes endogènes en stimulant la production de nos deux enzymes majeures : le glutathion et la superoxyde dismutase (SOD).

Multiplié par 5 par rapport au jus frais, ce pouvoir antiradicalaire indirect de l'extrait est 20 fois plus actif que celui de la vitamine E prise isolément.

Cet antioxydant d'exception neutralise donc les radicaux libres, inhibe l'oxydation des lipides et retarde certaines pathologies liées aux radicaux libres. Ainsi :

  • il retarde le vieillissement,

  • il diminue l'impact de la pollution environnementale,

  • il ralentit l'évolution des maladies dégénératives : Parkinson (son utilité chez les patients résistant au traitement L-Dopa a été démontrée), Alzheimer, sclérose en plaques, maladie de Charcot… et de toutes les affections liées à un stress oxydant (il protège par exemple les lipides des membranes cellulaires, notamment chez les sujets atteints d'hépatite B ou de diabète insulinodépendant ou améliore l'état de thalassémie, anémie de type héréditaire).

... Et remonte nos défenses : antioxydantes et antivirales

Outre cette capacité à moduler dans l'organisme l'équilibre oxydant/antioxydant, l'extrait de papaye stimule et module le système immunitaire en activant la production de tous nos "petits soldats" : cellules macrophages, lymphocytes T et B, cellules "tueuses naturelles" (NK), interféron.

Cette double activité, qui a fait l'objet d'une énorme documentation scientifique (résumée dans le livre "Vivre longtemps en bonne santé" du Dr Mantello et du Pr Montagnier), en fait un complément efficace pour tout problème de santé mêlant fort stress oxydant et immunodépression. Du plus évident au plus complexe :

  • infections respiratoires à répétition,

  • fatigue et affaiblissement dus à une chimiothérapie intensive,

  • inflammations artérielles liées à la pose de stents dans les coronaires,

  • maladies auto-immunes,

  • sida, cancer, diabète.

C'est dans la même veine un complément puissant pour contrer toute attaque infectieuse, qu'elle soit bactérienne ou virale.

Il n'existe pas qu'un seul extrait de papaye !

L'épisode papal a fait les beaux jours du laboratoire Osato, qui s'est vite imposé comme le fournisseur officiel et mondial d'extrait de papaye, booster de forme et de beauté, avec le concours de personnalités telles que Sharon Stone aux Etats-Unis ou plus près de nous Claudia Cardinale, Jean Alesi ou l'équipe du Milan AC.

Et au motif que ces données scientifiques ne valent que pour ses produits fabriqués selon le procédé FPP, le labo a longtemps fait la guerre aux concurrents qui ont exploité le filon, y voyant une démarche "peu scrupuleuse" et des "copies".

D'un point de vue purement juridique, cela se défend : les nombreuses publications scientifiques de la marque ne peuvent être exploitées à des fins commerciales par ses concurrents.

D'un point de vue technique, cependant, rien ne nous interdit de penser que toute papaye ayant subie un processus de fermentation dans les règles présente des propriétés équivalentes à peu de choses près de celles d'Osato.

C'est ça, la papaye fermentée : du sucre ?

Je me souviens du jour (c'était quelques mois avant la mort du Pape), où Luc Montagnier m'a tendu un sachet d'extrait de papaye à la fin d'un entretien poussé sur le sujet. Et de ma déception une fois que j'ai eu la poudre en bouche !

Je ne m'attendais à rien de précis mais cet extrait, dont le Prof venait de m'expliquer les formidables propriétés me faisait l'effet d'avaler une pincée de sucre. Je me suis abstenu de tout commentaire mais je n'en pensais pas moins.

Vu le prix du sachet (1,50 euros déjà à l'époque), à chaque fois que je prends ce produit (je m'en sers pour enrayer un rhume l'hiver), je ne peux m'empêcher de penser que j'avale une sorte de bonbon super cher sans rien dedans, comme ces poudres à 10 ct vendues dans les bureaux de tabac dont raffolent les enfants (mais ces dernières, au moins, piquent la langue de façon rigolote).

C'est que l'extrait fermenté, s'il renferme des protéines, des acides aminés et des vitamines contient surtout beaucoup de sucre… Osato ou pas.

Un produit fermenté très différent des autres

Cette banalité affligeante ne joue pas en faveur de l'extrait de papaye fermentée. Bon, un Pape est passé par là, et la renommée de la papaye joue aussi. Mais précisons quand même les choses tant la confusion persiste : on ne trouve dans l'extrait ni les grands principes actifs du fruit comme la papaïne dans l'extrait, ni les probiotiques classiquement issus de la fermentation.

La papaïne et la chymopapaïne, enzymes formidables que l'on utilise en rhumatologie (on en a fait un médicament pour traiter les hernies discales), pour le confort digestif ou dans les régimes amincissants, ont disparu.

En réalité l'extrait de papaye n'a pas les qualités d'un produit de fermentation qu'il n'est pas vraiment (c'est un produit brut obtenu après fermentation) et son mode d'action antioxydant et immunomodulant (indirect on l'a vu) passe par d'autres nutriments, surtout des acides aminés à travers des processus biochimiques subtils et très complexes.

L'extrait Osato est obtenu par fermentation alcoolique de longue durée (9 mois selon le fabricant) de pulpe de papaye. Le produit brut obtenu subit ensuite une dessiccation complète et le produit final consiste en une poudre blanche qui ne contient plus d'enzymes et plus de fibres mais qui se compose (pour 100 g ) de :
- 97 g de glucides (rajoutés, majoritairement oligosides),
- 0,3 g de protéines (une quinzaine d'acides aminés),
- 3 vitamines : B6, B9 et niacine,
- 6 minéraux : calcium, magnésium, potassium, fer, cuivre et zinc.

Il existe d'autres extraits de qualité, à des prix raisonnables

La fermentation est un processus à la fois complexe (qui impose des précautions de microbiologie) et simple (le temps fait son œuvre) dont Osato n'a pas le monopole. Osato affirme utiliser un procédé spécifique secret (en appliquant des normes ISO) mais la composition de base de son produit ne diffère pas fondamentalement de celle d'un autre extrait fermenté réalisé selon les règles même si la poudre finale varie ; et chacun d'ajouter pour la rendre agréable et mangeable telle dose de maltodextrine, de dextrose et éventuellement d'arôme (voire de probiotique : il existe un extrait enrichi de la sorte).

Notons qu'en matière de sucre la "papaye papale" n'est pas la plus légère, ce qui fait que son taux de concentration ne dépasse pas les 10% de papaye fermentée pure (sur un sachet de 3 g) que revendiquent d'autres laboratoires.

Au final, le Fermented Papaya Preparation (FPP) d'Osato est incontestablement un excellent produit mais il se trouve que c'est aussi, et de loin, le plus cher (il faut bien financer les études scientifiques). Son prix prohibitif le rend peu accessible à une bourse modeste, surtout pour de longues cures.

Vous pouvez vous payer de l'extrait Osato, tant mieux, je vous le recommande. Vous ne pouvez pas ? Il y a d'autres solutions. Les paysans philippins dont s'est inspiré Osato ne respectent pas les normes ISO, que je sache !

Alors quelles garanties exiger ?

Il n'y a rien de plus difficile à identifier qu'une poudre blanchâtre ou légèrement orangé (ou de comprimés du même tonneau) sans autre goût que celui du sucre. Rien de plus facile à copier et à vous vendre, surtout si un éminent scientifique vous dit que c'est bon.

D'où la nécessité de ne pas aller systématiquement vers le produit le moins cher possible (compte tenu de l'origine lointaine du produit et de son processus de fermentation, coûteux) et de vous assurer :

  • que la papaye utilisée pour l'extrait n'est pas OGM (attention cette espèce pullule dans certaines régions d'Asie comme la Thaïlande), que sa culture est exempte de pesticides, d'engrais et qu'elle n'a pas subi d'irradiation.

  • que les graines (toxiques) ont été éliminées dans le processus.

  • que la formulation finale ne contient rien d'autre que de la papaye fermentée et des excipients (cités plus haut). Il se peut qu'il y ait aussi un arôme d'origine végétale et un enrichissement en vitamines A, C et E. Cela ne gâte rien, à condition que leur origine soit naturelle et plutôt d'origine végétale,

  • que la poudre une fois le sachet ouvert ne dégage pas une odeur forte, ce qui trahit immanquablement un défaut de fabrication (le goût en revanche peut être âcre, c'est le goût naturel avant rajout de sucre).

Quelques marques apportent ces garanties et peu importe qu'elles s'approvisionnent auprès de grandes exploitations à Hawaï ou aux Philippines ou chez de petits agriculteurs en Inde (comme ici avec l'une des meilleures concentrations du marché, à 10%, et un prix raisonnable).

Quelle forme, quelle dose, comment et pour quel usage ?

Rien ne vaut l'extrait sous forme de poudre en sachet de 30 g ou la forme comprimé éventuellement. En revanche je ne vous conseille pas les gélules car pour pouvoir déployer toutes ses propriétés, l'extrait ne doit pas être avalé (ou croqué) immédiatement : il faut mettre en effet ses glandes salivaires à contribution afin que les enzymes salivaires puissent "catalyser" les composants, surtout les acides aminés. C'est aussi pour cette raison qu'il est déconseillé de boire après, pendant au moins 10 mn.

La posologie est la suivante :

  • Pour un effet anti-âge (prévention du stress oxydant et du vieillissement accéléré de la peau) : 1 sachet par jour, le matin à jeûn (ou 3 cp pour des cp dosés à 100 mg de papaye fermentée pure). Cures de 2 à 3 mois 2 à 3 fois par an (selon l'âge et l'environnement).

  • Pour la prévention des maux d'hiver (toux, rhume, mal de gorge, grippe) : prendre 1 sachet par jour (pendant 2 à 3 mois).

  • Pour une affection hivernale en cure d'attaque : 2 à 3 sachets par jour (jusqu'à disparition) puis pendant 2 ou 3 jours.

  • Pour un stress oxydant installé (forte pollution, stress, tabac, alcool mais aussi sport intensif, régimes alimentaires) : 1 à 3 sachets par jour jusqu'à diminution de la fatigue et sentiment de bien-être.

  • Dans le cadre de pathologies telles que cataracte, diabète, rhumatismes, maladie cardiovasculaire, tumeur, Alzheimer, Parkinson, en complémentation :
    2 sachets par jour, voire (en fonction de la gravité) jusqu'à 3 ou 4.
    3 sachets par jour après une chimiothérapie pendant 1 semaine puis 2 sachets durant au moins 3 mois.

Du glutathion en renfort ?

Je vous le conseille vivement : ce que l'on appelle le "glutathion réduit" renforce notre taux de glutathion (élément-clé de nos défenses antioxydantes, j'en ai déjà parlé dans un précédent article), combat l'oxydation lipidique et régénère la vitamine C oxydée qui retrouve ainsi sa forme active. Pour cela il doit être accompagné de sélénium et de vitamine C : le glutathion "Ultrathione" de la firme US Thyogen/Global Cell Signaling offre la meilleure formulation à ce jour mais il est quasi impossible de s'en procurer en France. A chacun donc de gérer au mieux cet apport glutathion-sélénium-vitamine C.

Le glutathion est même tout indiqué pour les plus malades qui souhaitent améliorer durablement leur état général.

Voici à ce propos "l'ordonnance" qu'avait donné Montagnier au médecin du Pape :
-3 sachets de 300 mg d'extraits de papaye fermentée par jour,
-3 capsules de 500 mg de glutathion.

C'est exactement ce que je prendrai quand l'Ebola sera là (voir mon PS).

Prenez soin de vous

P.S. : Papaye contre Ebola : le dernier coup d'un Nobel farfelu ?...

Montagnier a ses marottes et on peut toujours en rire. Mais à la différence de la plupart des scientifiques qui le stigmatisent (sur la mémoire de l'eau par exemple ou l'antibiothérapie pour l'autisme) ce Nobel virologue ne reste pas enfermé dans la recherche fondamentale : c'est aussi un clinicien de terrain qui mouille sa chemise dans des essais cliniques en Afrique et ailleurs (en tant que Président de la Fondation Mondiale Recherche et Prévention Sida).
Les antioxydants et immunostimulants qu'il préconise, comme l'extrait de papaye ou le glutathion, il les éprouve au contact des malades, en accompagnement par exemple des thérapies du sida. L'immunodéficience, il connaît…
En tant que virologue de terrain il a toujours dit que la première et la seule façon de se prémunir des épidémies et des virus passe par :

  • Une excellente hygiène, pour réduire tout risque de contact avec le virus,

  • une alimentation riche en fruits et légumes, pour éviter toute carence nuisible à nos défenses,

  • la prise d'antioxydants puissants de type glutathion ou SOD, pour remonter nos défenses antioxydantes endogènes (qui reposent sur ces deux piliers) et réduire le stress oxydatif qui nous affaiblit par ailleurs,

  • La prise d'immunostimulants pour mettre nos défenses immunitaires en ordre de bataille.

La papaye fermentée vantée par Montagnier n'est pas le seul immunostimulant existant (le trio de champignons japonais maïtaké- shitaké-reishi est très fort), mais celui-ci a la particularité de remonter aussi les défenses antioxydantes, et c'est le seul qui a été autant étudié. Je sais qu'il en prend en cures régulières et plus qu'à l'accoutumée quand il a un début de rhume ou qu'il voyage dans des zones à fort risque épidémique.

Et cette efficacité antivirale que chacun peut expérimenter face aux virus du rhume (rhinovirus) s'applique selon lui à tous les virus : VIH, H5N1 (il l'avait déjà dit haut et fort à l'époque de la grippe aviaire) et même aux pires virus que l'on connaisse, j'ai nommé ce terrifiant trio Ebola, Marburg, Lassa. Ces virus très contagieux (au contraire de ce que l'on nous dit actuellement avec Ebola en nous montrant toujours les mêmes images de soignants en scaphandre !), tous mortels à plus de 80%, tous à l'origine de fièvres hémorragiques fatales.

Alors si notre Nobel affirme depuis quelques jours que l'extrait de papaye est avec le glutathion le meilleur moyen de se protéger de l'épidémie d'Ebola, pourquoi continuer à l'ignorer ?

Faute de mieux, les autorités de santé feraient bien de tester ce genre de solution en Afrique de l'Ouest, ou en Ouganda où un cas de Marburg vient aussi d'être déclaré !!!
                                                                                                          Dominique Vialard


http://www.la-vie-naturelle.com/fre/2/papaye-fermentee/site_partenaire:0a61410828


16/10/2014
0 Poster un commentaire